Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • : Maison d'édition Elan Sud, littérature générale, à Orange (84). Ses auteurs et leurs romans. Parutions, articles, interviews, commentaires. Actualité des salons du livre, rencontres avec le public. Site d'échange littéraire. Organisation du concours de manuscrits : Prix première chance à l'écriture
  • Contact

Recherche

l'actualité

Agenda des salons, des parutions.
Rencontre avec les auteurs : C'est ici

Bonjour à tous,

J'ai ouvert ce blog pour vous permettre de réagir aux lectures de nos ouvrages. Les auteurs vous répondront avec plaisir en fonction de leur emploi du temps, laissez-leur un commentaire.

Un calendrier pour retrouver les auteurs, un Blog pour prolonger une conversation…

Un Prix Littéraire pour donner "Une Première Chance à l'Écriture" (un contrat d'édition à la clé)
Pour rester informé des dates de Rencontres & Dédicaces, des parutions, des nouveaux articles, inscrivez-vous à la liste de diffusion.
Ce site est à consommer sans modération. A vous de jouer.
Corinne, responsable d'édition
Pensez à vous inscrire à la lettre d'information
 
Salon de l'édition indépendante à Orange (84)
  le site L'Antre des Livres - renseignements : e-l-u@orange.fr
22 septembre 2018 6 22 /09 /septembre /2018 09:05

Hier soir, vendredi 21 septembre, c'était la reprise à la librairie Elan Sud, avec pour la première fois, deux auteures invitées: Denise Déjean et Myriam Saligari.

Corinne Niederhoffer avait envie de changer un peu la formule classique de présentation d'un roman pour mettre en parallèle deux livres, deux histoires de femmes, deux histoires d'envie et de désir, deux approches historiques aussi. Pendant plus d'une heure, l'alternance entre ces deux auteures éditées chez Elan Sud a été égrenée de remarques et interventions du public et de quelques extraits lus par Dominique Lin, mettant justement en valeur ces parallèles.

Femmes en leurs jardins, de Denise Déjean, et La Pomme d'Ève, de Myriam Saligari, deux approches intenses de la femme, à travers le microcosme de leur vie dans un macrocosme universel, celui de la place des femmes dans les migrations dans le premier, et le désir de la femme à travers le temps. Exploration des pensées intimes, du combat pour exister, de l'acceptation de la destinée tout en n'y étant pas soumise. C'est justement là le rôle important de la littérature, aborder un sujet intemporel en lui donnant le recul romanesque pour réfléchir plutôt que réagir.

Deux écritures très poétiques qui se lisent avec passion et gourmandise.

Corinne a, bien entendu, conclu la rencontre en présentant l'ensemble de titres déjà publiés par les deux auteurs, et introduit Cédric Bourelle, le partenaire caviste Côté Rhône, place Gambetta à Orange, qui chaque fois nous fait découvrir des producteurs locaux pour accompagner les plats apportés par chacun, tout en continuant la conversation…

 

Prochaine rencontre, vendredi 12 octobre 2018 à 19h30
2 auteurs
Jean-Philippe Chabrillangeas (Des pissenlits sur ma tombe)
Jean-Pierre Cendron (Un été avec Fana)
Un marin, un adolescent. Un sujet à deux facettes, deux romans à propos des migrants.
Autour de ces deux histoires, nous parlerons entre autres du sujet des migrants, en compagnie des auteurs et d’un membre de SOS Méditerranée (l’Aquarius). Un médecin prendra aussi la parole.

Une soirée entre littérature et humanité, comme Elan Sud les aime…

Attention, changement exceptionnel de salle pour accueillir plus de monde. L’entrée est toujours gratuite.
Salle Chabeuf (face au parc Gasparin), 113 rue des Tanneurs, 84100 Orange
Réservations : 04 90 70 78 78 (49 places maximum)

Ce qui ne change pas, c’est la dégustation offerte par notre partenaire Coté Rhône (Place Gambetta à Orange) accompagnée des plats que vous aurez apportés et que nous partagerons, tout en continuant la conversation.


Dédicaces des auteurs - Paiements carte bancaire acceptés

Denise Déjean et Myriam Saligari à la librairie Elan Sud
Denise Déjean et Myriam Saligari à la librairie Elan Sud
Denise Déjean et Myriam Saligari à la librairie Elan Sud

Partager cet article

Repost0
20 août 2018 1 20 /08 /août /2018 15:46

Encore une longue et radieuse semaine pour les auteurs invités en Salons du livre et en librairie.

Cela a commencé par la fête de la lavande à Sault où Elan Sud est présente depuis dix ans, et cette année avec Jean-Pierre Cendron, Dominique Lin, Myriam Saligari et Bénédicte Rousset. Le public y fidèle et vient découvrir les nouveautés des auteurs déjà venus ainsi que celles du catalogue. Belle journée ensoleillée et rondement organisée par la nouvelle libraire de Sault : Julianne Gire (mention spéciale à Patricia, l'ancienne propriétaire, venue lui prêter main forte).

Ariège, Alpes, Drôme et Vaucluse, les auteurs en dédicaces
Ariège, Alpes, Drôme et Vaucluse, les auteurs en dédicaces
Ariège, Alpes, Drôme et Vaucluse, les auteurs en dédicaces
Ariège, Alpes, Drôme et Vaucluse, les auteurs en dédicaces
Ariège, Alpes, Drôme et Vaucluse, les auteurs en dédicaces
Ariège, Alpes, Drôme et Vaucluse, les auteurs en dédicaces

Samedi, François, le libraire de la librairie Pinet à Nyons, proposait une matinée polar avec Bénédicte Rousset et Amed Tiab. Belles rencontres et de nombreuses dédicaces. Merci à François pour son accueil.

Ariège, Alpes, Drôme et Vaucluse, les auteurs en dédicaces
Ariège, Alpes, Drôme et Vaucluse, les auteurs en dédicaces
Ariège, Alpes, Drôme et Vaucluse, les auteurs en dédicaces

Vendredi et samedi, Jean Dherbey et Dominique Lin étaient à L’Argentière La Bessée pour la deuxième année sur le stand Élan Sud. Des retrouvailles de lecteurs de l’an passé plus de nombreux nouveaux… Le catalogue semble très apprécié… Les deux auteurs ont participé à des tables rondes : Dominique à propos de l’écriture et Jean à propos de la montagne. Son dernier roman, Vent d’en haut, qui reçoit un beau succès (un retirage aura lieu en septembre), devient une référence en matière de roman de montagne… Un Salon très chaleureux dénué de têtes d'affiches où les lecteurs prennent le temps de choisir sur deux jours. Rendez-vous a été pris pour l'an prochain.
Les deux auteurs (et amis) ont profité de leur présence dans cette vallée de montagne pour aller randonner ensemble à l'Aile froide, en face du Pelvoux.

Ariège, Alpes, Drôme et Vaucluse, les auteurs en dédicaces
Ariège, Alpes, Drôme et Vaucluse, les auteurs en dédicaces
Ariège, Alpes, Drôme et Vaucluse, les auteurs en dédicaces
Ariège, Alpes, Drôme et Vaucluse, les auteurs en dédicaces
Ariège, Alpes, Drôme et Vaucluse, les auteurs en dédicaces
Ariège, Alpes, Drôme et Vaucluse, les auteurs en dédicaces
Ariège, Alpes, Drôme et Vaucluse, les auteurs en dédicaces
Ariège, Alpes, Drôme et Vaucluse, les auteurs en dédicaces
Ariège, Alpes, Drôme et Vaucluse, les auteurs en dédicaces
Ariège, Alpes, Drôme et Vaucluse, les auteurs en dédicaces

Dimanche, c’était au Salon du livre de Soueix, dans le haut Couserans (09) que Denise Déjean a fait découvrir ses six titres aux lecteurs. Merci à l’association Soueix-Rogalle pour cette journée placée sous le signe du patrimoine d’avoir permis de sympathiques rencontres sous la halle.

Août n’est pas terminé, encore deux dates à retenir :
Vendredi 24, Dominique Lin dédicace à la librairie Sauramps, Alès
Samedi 25, Bénédicte Rousset à La plume provençale 14 h à 16 h 30, fête de l’ail à Piolenc

Partager cet article

Repost0
8 août 2018 3 08 /08 /août /2018 10:48

Pour la troisième année, Elan Sud était invitée à Sisteron ce mardi 7 août en compagnie de cinq auteurs.

Au programme, outre la présentation classique des ouvrages, Elan Sud avait carte blanche de 10 h 30 à 11 h 30. En premier, Armelle Brochet, directrice des affaires culturelles à la mairie de Sisteron, a présenté la maison d’édition en donnant la parole à Corinne Niederhoffer. Les choix de l’éditeur déterminent la ligne spécifique à chaque maison, et au-delà de la personnalité de chaque auteur, son style et son univers, il y a toujours une petite part de l’éditeur dans chacun des ouvrages portant son nom.

Puis, c’est Dominique Lin, qui chronique des romans et anime des rencontres régulièrement, qui a conversé avec Jean-Pierre Cendron, Myriam Saligari, Bénédicte Rousset et Jean-Philippe Chabrillangeas, pour présenter leurs derniers titres. Pour terminer, Armelle est revenue pour s’entretenir avec Dominique Lin.

Une heure de détente, de sourires et d’images concentrées de l’écriture de chacun, le tout diffusé en direct dans les rues de la ville.

Merci à toute l’équipe de Sisteron se livre pour son accueil, et son eau fraîche !

Si le manque de visiteurs s’est fait ressentir, le plaisir de retrouver des lecteurs fidèles est resté intact. Leur arrivée souriante, le regard en quête de nouveauté ou de découverte de ce qu'ils n'ont pas encore lu, justifie un tel déplacement, et, lorsque qu'ils côtoient quelqu'un qui ne connaît pas encore la maison… ce sont eux qui parlent le mieux de nos romans !

Prochaines dates à retenir:

jeudi 9 août, Nocturnes littéraires à Cassis, Myriam Saligari et Bénédicte Rousset

Samedi 11 et dimanche 12, Jean Dherbey au Salon du livre de montagne à Passy

Dimanche 12, Jean-Pierre Cendron au marché de Saint Martin de la Brasque de 9h à 12h

15 août, Fête de la lavande à Sault, Jean-Philippe Chabrillangeas, Jean-Pierre Cendron, Dominique Lin, Bénédicte Rousset, Myriam Saligari

Jeudi 16 août, Bénédicte Rousset invitée à la librairie Pinet à Nyons [26], toute la matinée en compagnie d'Ahmed Tiab

Vendredi 17 et samedi 18, Salon du livre L'Argentière La Bessée : Jean Dherbey et Dominique Lin

Vendredi 24, Dominique Lin dédicace à la librairie Sauramps, Alès

Samedi 25, Bénédicte Rousset à La plume provençale 14h à 16h30, fête de l'ail à Piolenc

5 auteurs et carte blanche à Sisteron
5 auteurs et carte blanche à Sisteron
5 auteurs et carte blanche à Sisteron
5 auteurs et carte blanche à Sisteron
5 auteurs et carte blanche à Sisteron
5 auteurs et carte blanche à Sisteron
5 auteurs et carte blanche à Sisteron
5 auteurs et carte blanche à Sisteron
5 auteurs et carte blanche à Sisteron
5 auteurs et carte blanche à Sisteron

Partager cet article

Repost0
30 mai 2018 3 30 /05 /mai /2018 14:32

Les 9 et 10 juin, c'est le rendez-vous incontournable de l'édition indépendante à Orange. Depuis 11 ans, Elan Sud participe à l'organisation de ce festival très riche en proposition, en termes de sélection d'éditeurs et de programmation.
44 maisons d'édition sélectionnées pour la qualité de leur catalogue, accompagnées de 47 auteurs et illustrateurs et deux librairies spécialisées représenteront encore pendant ces deux jours la diversité de la proposition éditoriale indépendante en France et en Belgique.
Voici la liste des auteurs Elan Sud que vous pourrez retrouver en dédicace, mais aussi en participation et/ou animation de tables rondes :
Bruno Alberro, Jean-Pierre Cendron, Jean-Philippe Chabrillangeas, Denise Déjean, Jean Dherbey, Dominique Lin, Marie Martin, Christine Matos, Michèle Pouget, Bénédicte Rousset, Myriam Saligari, Cédric Totée

 

Voici, en quelques liens, ce qui vous attend, rencontres, tables rondes, animations:

Le programme complet des rencontres, les éditeurs, auteurs, illustrateurs et libraires invités

Avant-programme de l'Antre des livres 2018

Samedi 9 juin à 15h : Le besoin d’écrire au fil du temps

Samedi 9 juin à 17h : 14-18 l’empreinte laissée aux familles

Dimanche 10 juin à 10h30 : poésie à l'antre des livres

Dimanche 10 juin à 15h : écrire depuis un pays qui n’est pas le sien

Dimanche 10 juin à 16h30 : La littérature et le policier, à l'Antre des livres

Ateliers reliure et typographie

Nouveauté 2018 : un stand BD et mangas à l'Antre des livres

En attendant de vous y voir, faites passer le message…

Elan Sud sera à l'Antre des livres en compagnie de ses auteurs

Partager cet article

Repost0
21 mai 2018 1 21 /05 /mai /2018 11:28

Hier encore, dimanche 20 mai, Élan Sud était de sortie à la fête provençale de Jonquières, un rendez-vous traditionnel à la rencontre du public, et l’occasion de diffuser largement l’information à propos de l’Antre des livres qui s’approche à grands pas (9 & 10 juin à Orange).
Ce qui est à noter, c'est l’ambiance que l’on retrouve à chaque fois sur le stand : la joie des auteurs d’être ensemble, de se retrouver, et cela se voit, s’entend, se ressent. Le public aussi ne s’y trompe pas. Éclats de rires, complicité, solidarité… tout y est, tous y sont, même les absents.

Myriam Saligari (La Pomme d'Ève), Bénédicte Rousset (Le Lis des teinturiers) et Dominique Lin (Un goût de terre dans la bouche) ont dédicacé leurs romans, et invité les lecteurs à les retrouver prochainement à Orange.
Comme chaque année aussi, des bénévoles d’Expressions Littéraires Universelles, l’association organisatrice du Salon, sont venues aider à diffuser l’information : merci Françoise, Thérèse, Michèle et Daniel… sans oublier tous les amis passés nous saluer!


Hier, donc, c’était la fête de la « transhumance » terme qui fait bondir Dominique qui connaît le sujet et n’a pas manqué de souligner qu’il manquait un ingrédient majeur hier dans le passage des moutons : le son ! Dans La Grande Borie, il décrit ce moment ainsi :
« Il m’a fait écouter au loin, dans le silence. Alors, en tendant plus l’oreille, j’ai perçu un murmure, un son que je n’avais pas remarqué, comme le chuchotement d’un ruisseau qu’on ne voit pas. Puis il est monté doucement, très doucement, degré par degré. J’ai reconnu le premier son grave d’un redoun, cette énorme sonnaille qu’on met au cou des moutons uniquement pour l’occasion. J’ai dit : “oui, les voilà !” Je ne les voyais pas encore. Plus le troupeau approchait, plus la palette des sons devenait audible dans tout son spectre ; à chaque instant, je m’attendais à le voir surgir, mais non, il était encore loin, et le son montait, montait encore. Les sonnailles ont fini par envahir tout l’espace sonore, on n’entendait plus que ça. Enfin, je les ai vus. »

Dominique n'a pas pu s'empêcher de mettre en scène La Grande Borie, roman dans lequel il nous fait vivre la transhumance traditionnelle

 

Le sourire est toujours de mise chez les auteurs Elan Sud
Le sourire est toujours de mise chez les auteurs Elan Sud
Le sourire est toujours de mise chez les auteurs Elan Sud
Le sourire est toujours de mise chez les auteurs Elan Sud
Le sourire est toujours de mise chez les auteurs Elan Sud
Le sourire est toujours de mise chez les auteurs Elan Sud

Partager cet article

Repost0
13 mai 2018 7 13 /05 /mai /2018 09:23

Si les organisateurs, le sourire, le soleil, le café d’accueil et les croissants étaient encore au rendez-vous, il est clair que le temps a marqué son passage sur les visages et les teintes de cheveux de tous les amis retrouvés hier à Nyons pour Lire en mai.


En parlant avec les habitués, force était de constater que nous avions traversé une partie du temps ensemble, nous donnant rendez-vous le samedi de l’ascension avec le même plaisir de nous retrouver.
Depuis toutes ces années, le public attentif et curieux est prêt à des découvertes littéraires. Il vient principalement le matin, l’esprit frais, prendre le temps de discuter, lire un peu, flâner, tourner et revenir faire son choix lorsqu’il n’a pas été fait immédiatement.


Sur le stand Elan Sud où régnait une ambiance très chaleureuse, et d’où s’échappaient souvent des éclats de rire, les auteurs étaient ravis de se revoir. Bénédicte Rousset (Le Lis des teinturiers), Myriam Saligari (La Pomme d'Ève), Jean-Philippe Chabrillangeas (Des pissenlits sur ma tombe, à paraître), Jean-Pierre Cendron (Quelque chose d'absent qui me tourmente) et Dominique Lin (Un goût de terre dans la bouche), entre deux présentations de leurs ouvrages, avaient toujours un bon mot à partager avec les autres et avec Corinne Niederhoffer.
Des lecteurs fidèles à la maison sont venus voir les nouveautés, voulant s’assurer qu’ils ne rataient rien. Certains d’entre eux possèdent presque tous les titres au catalogue, et ne font que s’informer sur l’univers d’un nouvel auteur ou opus avant de l’acquérir. Pour eux, « c’est du Elan Sud, donc, je peux le lire sans crainte ». C’est rassurant, et surtout valorisant, après tout le temps passé à peaufiner les textes avec les auteurs pour que les romans proposés au public soient de bonne facture. Les enfants aussi sont sensibles à notre catalogue, la collection élan J remporte un beau succès, depuis les contes illustrés premier âge jusqu'aux romans destinés au ados/adultes.

A noter la parution dans quelques jours du roman Un été avec Fana (bientôt en ligne) de Jean-Pierre Cendron, destiné aux lecteurs à partir de 13 ans.


Cette 11e participation s’est achevée avec la menace de la pluie qui nous a fait le plaisir de remettre sa visite à dimanche…
Un grand merci aux organisateurs, à François de la librairie Pinet et à l’association Lire en mai pour cette nouvelle invitation, et à l’an prochain, à Nyons, avec des nouveautés, à n’en pas douter !

 

À noter : la chronique écrite par Dominique Lin lors de sa première participation à Lire en mai en 2007…

Une équipe soudée, des lectrices fidèles… un Salon à ne pas manquer!
Une équipe soudée, des lectrices fidèles… un Salon à ne pas manquer!
Une équipe soudée, des lectrices fidèles… un Salon à ne pas manquer!

Une équipe soudée, des lectrices fidèles… un Salon à ne pas manquer!

Partager cet article

Repost0
2 mai 2018 3 02 /05 /mai /2018 11:09
La Pomme d'Ève, roman de Myriam Saligari, chez Elan Sud

À paraître le 5 mai, La Pomme d'Ève, le deuxième roman de Myriam Saligari dans la collection élan d'elles, nous entraine dans les arcanes du désir, incite à la gourmandise et nous parle d'amour sur fond d'Histoire et d'aventure…

Après Il était temps… Prix première chance à l'écriture 2016, dans lequel l'auteur abordait le rapport au temps et le décalage entre sa perception par le corps et par l'esprit, Myriam nous surprend par la réinvention de son écriture, plus fluide, plus poétique, plus enlevée.
Les premiers retours de presse et de libraires sont excellents.

 

Prochaines dates de rencontres en librairies et Salons du livre à venir (autres dates et mises à jour en cliquant ici).

Mai
5 mai : de 10h à 18h, Espace Culturel E. Leclerc Carpentras,
12 mai : de 9h à 18h – Lire en mai Nyons

20 mai : de 10h à 18h – Fête provençale – Jonquières

Juin
9 et 10 juin : de 10h à 19h – L’antre des livres à Orange
16 juin : de 10 h à19 h – fête du livre à Sarrians

 

Disponible sur commande en librairies ou directement sur le site elansud.com où vous pourrez lire les premières pages en ligne.

Résumé:
Pourquoi Mathilde, missionnée à Saint-Félix-de-la-Tour par l’Institut de sauvegarde des monuments historiques, pousse-t-elle la porte de cet hôtel ? Ce n’est peut-être pas un hasard.
La Pomme d’Ève, ancien cloître médiéval, puis maison de plaisir, va susciter bien des interrogations à l’historienne et se mêler de façon troublante à sa vie, pour l’éclairer sur une question essentielle : le désir.

Partager cet article

Repost0
4 mars 2018 7 04 /03 /mars /2018 09:01

Cet article a été écrit pas la classe de seconde du lycée de l'Arc à Orange après avoir rencontré Myriam Saligari sous la direction de leur professeure de Français, Véronique Ruiz.

 

Un roman qui a de l’avenir !
La Pomme d’Ève, deuxième roman de Myriam Saligari, a été cette année concurrente pour le prix Première chance à l’écriture. Myriam Saligari, après son succès littéraire d’il y a deux ans, a cette année proposé un deuxième roman très apprécié.
D’abord enseignante, Myriam s’est ensuite consacrée aux élèves en difficulté et travaille actuellement dans un centre médico-légal.
Passionnée par la lecture ainsi que l’écriture depuis toute petite, elle s’est, à ses dix-huit ans, penchée sur
l’écriture de nouvelles, et plus tard sur la production de romans. En 2016, son premier roman, Il était temps, dont les thèmes sont l’amour et les relations entre les individus, par le biais de personnes âgées, a été lauréat du prix Première chance à l’écriture.

Ce prix, organisé par la maison d’édition Elan Sud et Expressions Littéraires Universelles, en partenariat avec le lycée de l’Arc, permet à une personne voulant se lancer dans l’écriture, de faire lire son premier manuscrit à un jury composé d’élèves, de professeurs, et d’auteurs. Ceux-ci vont ensuite débattre sur les deux manuscrits concurrents et voter pour celui qui, selon eux, mérite le plus d’être lauréat et ainsi signer un contrat avec Elan Sud en vue d’une publication dans les mois qui suivent.
Cette année, le prix était légèrement différent, puisque ce ne sont non pas des premiers romans qui étaient en liste, mais des seconds !

Aussi, son roman, La Pomme d’Ève, était cette année en concurrence avec Des pissenlits sur ma tombe, de Jean-Philippe Chabrillangeas, et même s’il n’a pas gagné, il a séduit bon nombre de lecteurs et lectrices.
Dans le cadre d’une rencontre avec les élèves, jurés du prix, l’auteure a donc dévoilé les secrets de son inspiration et de ses idées pour écrire ce livre, et a répondu aux questions des lycéens, et en l’occurrence des lycéennes. Au cours de ces deux heures passées dans la bonne humeur, elle a échangé son point de vue avec celui des élèves, qui ont donné leur avis et émis des remarques pour l’aider à améliorer au mieux son roman.
« L’exploration du Désir ». Voilà les quelques mots utilisés par Myriam pour résumer son œuvre.
Elle a commencé à écrire La Pomme d’Ève alors qu’elle avait vingt-quatre ans. « Enlever les tabous, balayer les interdits ! » étaient ses objectifs. Puis, au fil des années, elle l’a retravaillé et amélioré grâce à son vécu et sa maturité, elle l’a « assagi » avec son expérience. Ce titre, pour le moins original, représente pour elle le fruit du désir vu par une femme.

C’est donc à travers le personnage de Mathilde que nous découvrons l’histoire d’un hôtel au nom peu commun : La Pomme d’Ève.
Mathilde, une jeune femme travaillant à l’Institut de Sauvegarde des Monuments historiques, se rend à Saint Felix dans le cadre d’une mission d’étude de deux semaines. En arrivant, elle passe par hasard, ou non, devant l’enseigne d’un hôtel qui la plonge dans ses souvenirs. Au bout de quelques jours passés dans cet endroit mystérieux, l’hôtel qui, trouvait-elle, ne payait au premier abord pas de mine, renferme en réalité une histoire unique. Sa vision de l’amour et du désir va changer à jamais. Elle va apprendre à les redécouvrir, et pourquoi pas, se redécouvrir elle même ?
L’auteure a donc expliqué que le livre s’organise selon trois niveaux.
Le premier étant toute la trame historique, l’enquête menée par l’héroïne qui nous emmène à travers le temps et les époques.

Le second concerne Mathilde, son parcours amoureux peu conventionnel, son histoire, la recherche d’elle même à travers l’hôtel, qui est « une sorte de bulle pour elle », sa conception de l’amour et enfin la place du destin : La Pomme d’Ève est un miroir où elle-même se reflète.

Finalement, le troisième niveau comprend toutes les interrogations universelles posées dans le livre : qu’est-ce que le désir ? Celui-ci est en opposition avec la loi, mais que se passe-t-il lorsque la société organise trop le désir ? Ou pas assez ? Et c’est à travers de nombreux personnages venant de différentes époques, que ces questions sont soulevées et que l’opinion de chacun y est expliquée. Tout cela, avec une écriture fortement appréciée : « les descriptions et la restitution des sens sont les points forts du roman », ont déclaré les élèves.

Le roman aborde donc de nombreux thèmes, tels que l’Amour, le Désir, sous toutes ses formes, l’Histoire, l’Art, la Découverte du corps et de l’esprit et bien d’autres…
Comme toute histoire, celle-ci en a une. Elle est « née » alors que Myriam venait d’obtenir son diplôme d’institutrice. Son premier poste se trouvait à 65 kilomètres de chez elle, dans une petite ville isolée. Elle logeait donc dans une chambre d’hôtel déprimante, où elle passait son temps à imaginer un hôtel qui abriterait des chambres particulières, et plus accueillantes que la sienne.
Ainsi, le tenancier de l’hôtel dans lequel elle se trouvait a inspiré le personnage de l’hôtelier, qui tient lui aussi le restaurant en plus de l’accueil. Dans ce fameux restaurant, elle écoutait les conversations « viriles » des routiers, qui sont les seules choses réelles qu’elle a rapportées dans le roman. Une pâtisserie qui faisait des « douillettes à la banane », qu’elle avait, a-t-elle confié, adorée, l’a aussi inspirée pour une scène riche en gourmandise !
Pour l’auteure, l’inspiration n’est pas ce qui manque !
Le prénom de l’héroïne provient en partie de la chanson de Jacques Brel Mathilde est revenue.
Son roman était pour elle une réponse à Lolita, de Nabokov, roman qui l’a marqué et qu’elle a qualifié de « frappant ».
Son livre se rapporte, a-t-elle dit, à Foule sentimentale, d’Alain Souchon. D’après celle-ci : « C’est comme dans la chanson : le désir sous toutes ses formes, au début physique, puis on se dit qu’il y a peut-être quelque chose de plus grand. » Le « Désir, avec un grand D » ! » « Je vole des moments de plaisir pour écrire ! » Il semblerait que pour notre auteure, le travail d’écrivaine soit un bonheur ! Elle écrit pour partager avec le lecteur et l’amuser.
Elle nous a alors livré quelques-unes de ses habitudes : lorsqu’elle écrit, elle se « plonge dedans », elle relit tout, pour l’équilibre des mots et leur sonorité.
« Lorsqu’on écrit, on parle avec ce qu’on est, mais cela reste imaginaire. On se met à la place des personnages, et au fur et à mesure qu’on invente leur caractère, ils ont une logique et nous surprennent », expliquait-elle.
Contrairement au précédent, où elle avait en tête le déroulement de l’histoire jusqu’à la fin, elle n’avait pas de plan au départ de ce roman. Elle a mis longtemps à l’écrire, mais ne savait pas où elle allait.
Nous en avons donc la preuve aujourd’hui : ne pas avoir de plan n’empêche pas de produire un livre prenant et agréable à découvrir !
Actuellement, l’auteure retravaille son roman avec l’aide de la maison d’édition dans le but de le publier d’ici quelques mois. Le livre sortira chez Elan Sud dans la collection élan d’elles.
Alors, si ce style de littérature vous plaît, vous savez où le trouver !

Aurélie Broussard

---

Le roman La Pomme d’Ève sortira vers le mois de mai 2018

Myriam Saligari sous le regard des lycéens

Partager cet article

Repost0
2 février 2018 5 02 /02 /février /2018 18:42

Deux heures à nouveau de travail avec les lycéens, ce vendredi 2 février. Cette fois-ci, c'était Myriam Saligari, auteur de Il était temps, chez Elan Sud, collection élan d'elles, et participante au Prix première chance à l'écriture de cette année avec son 2e manuscrit La Pomme d'Ève, qui répondait aux nombreuses questions des lycéens en compagnie de Véronique Ruiz, professeurs de lettres, Corinne Niederhoffer, éditrice, et Dominique Lin, auteur. Chacun a apporté son point de vue dans la conversation en complément des réponses de Myriam.
La naissance du roman, l'histoire du titre, les sujets traités, les relations humaines, l'écriture, tout a été abordé, sans oublier les façons de l'auteur d'appréhender l'écriture, le canevas du roman, les personnages, etc.

Le roman est né durant un déplacement, il y a de cela très longtemps, dans un hôtel ennuyeux et un peu vieillot dans une ville de province où il ne se passe plus rien à partir de 19h. Le patron homme fantasque à tout faire gérait son établissement "à l'ancienne". C'est là que Myriam a commencé à écrire à propos de ce lieu où le soir, dans la salle de restaurant remplie d'hommes, à part elle, elle entendait des bribes de conversations très masculines, parfois un peu forte à la suite de quelques verres de vin.

L'histoire s'est étoffée par la suite, mêlant l'enquête sur cet hôtel au sujet du désir, notion souvent contraire au conformisme et à la morale. C'est aussi l'histoire de ce personnage créé par la suite, son cheminement, son parcours amoureux et son idée de l'amour, passant par tous les états, révélés par l'atmosphère très particulière de ce lieu chargé d'une histoire où le désir et l'amour sous toutes les formes ont empreint les murs.

Mathilde cherche l'idéal, au-delà du corps et de l'esprit, elle cherche aussi l'équilibre dans cet hôtel où tout e sa vie remonte à la surface. À elle d'en gérer les vagues…

 

Dans une ambiance littéraire et studieuse, les lycéens alternaient entre questions posées, remarques, et prises de notes, car un travail sera rendu sur les deux rencontres avec les auteurs sélectionnés cette année. Leur travail se poursuivra avec la lecture de la 2e version de son texte ainsi que celui de Jean-Philippe Chabrillangeas, Des pissenlits sur ma tombe. Ce sera certainement une nouvelle occasion de rencontrer les lycéens.

Myriam Saligari à la rencontre des lycéens
Myriam Saligari à la rencontre des lycéens

Partager cet article

Repost0
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 10:55

Parmi les grands rendez-vous de l'année, l'antre des livres arrive dans le peloton de tête !

 

Une vraie librairie indépendante avec des éditeurs indépendants
Chaque éditeur invite un ou plusieurs auteurs ou illustrateurs qui ont fait paraître un titre dans l’année.C'est un des rares Salon de l'édition indépendante dont la ligne éditoriale est toujours de qualité. Des éditeurs venus de toute la France, de Belgique et de Suisse, présentant tous les genres de l'édition : roman, essai, polar, jeunesse, BD, fantasy, science-fiction, cuisine, terroir, régionalisme, beau livre, voyage, poésie, théâtre… que vous trouverez rarement sur les tables des librairies « indépendantes » généralistes.

 

Des nouveautés, des standards
Pendant ces deux jours, vous pourrez découvrir les nouveautés de ce début d'année :
Le courage est au bout du jardin, de Mireille Rossi, collection élan d'elles (3e roman)
L'Homme qui ouvrait les pots de confiture, de Cédric Totée, Hors Collections (2e roman)
Vents d'en haut, de Jean Dherbey, Hors Collections (3e roman). L'auteur participera à une table ronde à propos de la littérature et le sport, dimanche 4 à 16h30
Quelque chose d'absent qui me tourmente, de Jean-Pierre Cendron, Hors Collections (3e roman)
Deltas, de Jean-Philippe Chabrillangeas, Hors Collections, sortie officielle. L'auteur recevra le Prix première chance à l'écriture samedi à 12h des mains de Michèle Gazier, auteure et critique littéraire.
Le roman de Marie Martin, L'Ombre et l'errant, sera joué au théâtre du Sablier à Orange le mercredi 31 à 20h30
Christine Matos, auteure de Un volcan sur les toits de Paris, animera un atelier de théâtre durant les 2 jours.
Laurence Creton et Denise Déjean participeront à la table ronde La littérature au féminin : Inspiration, autocensure, influences samedi 3 à 15h.

 

Seront présent à l'antre des livres : Jean-Pierre Cendron, Laurence Creton, Jean-Philippe Chabrillangeas, Denise Déjean, Jean Dherbey, Dominique Lin, Marie Martin, Christine Matos, Michèle Pouget, Mireille Rossi, Myriam Saligari (samedi) et Cédric Totée

 

Tous les renseignements sur ce Salon : c'est ici

 

 

 

Elan Sud à L'antre des livres, les 3 & 4 juin, Espace Daudet à Orange
Elan Sud à L'antre des livres, les 3 & 4 juin, Espace Daudet à Orange
Elan Sud à L'antre des livres, les 3 & 4 juin, Espace Daudet à Orange
Elan Sud à L'antre des livres, les 3 & 4 juin, Espace Daudet à Orange
Elan Sud à L'antre des livres, les 3 & 4 juin, Espace Daudet à Orange
Elan Sud à L'antre des livres, les 3 & 4 juin, Espace Daudet à Orange
Elan Sud à L'antre des livres, les 3 & 4 juin, Espace Daudet à Orange
Elan Sud à L'antre des livres, les 3 & 4 juin, Espace Daudet à Orange
Elan Sud à L'antre des livres, les 3 & 4 juin, Espace Daudet à Orange
Elan Sud à L'antre des livres, les 3 & 4 juin, Espace Daudet à Orange
Elan Sud à L'antre des livres, les 3 & 4 juin, Espace Daudet à Orange

Partager cet article

Repost0