Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • : Maison d'édition Elan Sud, littérature générale, à Orange (84). Ses auteurs et leurs romans. Parutions, articles, interviews, commentaires. Actualité des salons du livre, rencontres avec le public. Site d'échange littéraire. Organisation du concours de manuscrits : Prix première chance à l'écriture
  • Contact

Recherche

l'actualité

Agenda des salons, des parutions.
Rencontre avec les auteurs : C'est ici

Bonjour à tous,

J'ai ouvert ce blog pour vous permettre de réagir aux lectures de nos ouvrages. Les auteurs vous répondront avec plaisir en fonction de leur emploi du temps, laissez-leur un commentaire.

Un calendrier pour retrouver les auteurs, un Blog pour prolonger une conversation…

Un Prix Littéraire pour donner "Une Première Chance à l'Écriture" (un contrat d'édition à la clé)
Pour rester informé des dates de Rencontres & Dédicaces, des parutions, des nouveaux articles, inscrivez-vous à la liste de diffusion.
Ce site est à consommer sans modération. A vous de jouer.
Corinne, responsable d'édition
Pensez à vous inscrire à la lettre d'information
 
  juin 2016:  le 9e Salon de l'édition indépendante se déroulera à Orange (84).
  le site L'Antre des Livres - renseignements : e-l-u@orange.fr
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 16:42

incident-de-personne« Incident de personne », annonce le haut parleur grésillant du TGV stoppé en rase campagne; c'est la manière dont la SNCF annonce qu'une personne vient de se suicider en se jetant sur les rails au passage du train. Le huis clos est en place. Le spectacle peut commencer, les confidences affluer, sorte de déversement de trop-plein, de réminiscences nombreuses, trop nombreuses pour un seul homme. Le narrateur engage la conversation avec sa voisine, une consultante en développement personnel, rencontre improbable. Elle écoute, on ne l'entend qu'à travers lui.
À la limite de l'usure, il traîne une vie pleine de drames, pas forcément les siens. Il va raconter et se raconter. Il est fatigué, endetté, ne souhaite pas rentrer chez lui. Il revient de Chypre où il animait un atelier d'écriture, comme il en a animé pendant des années. Un livre sur la vie fatiguée d'un être.
Un roman intimiste bien écrit, avec de courts récits enchassés.
Si certains lecteurs n'ont pas aimé le rythme de ce livre —être bloqué dans un train pendants plusieurs heures n'entraîne pas à l'action— j'ai apprécié le style, le pari tenu par Éric Pessan de tenir son lecteur dans un long dialogue indirect, voire monologue, fil de pensée, profitant au passage de rappeler certaines vérités dérangeantes sur la vie, les comportements, les relations humaines… Derrière une apparente simplicité d'écriture, l'auteur manie la langue avec souplesse et force d'images.
Certes, les deux personnages ne se marieront pas et n'auront donc pas d'enfants, mais nous sommes en droit d'attendre autre chose d'un roman. Cindy, appuyée sur la Ferrari, ne peut pas toujours être amoureuse de Ken et regretter un amour d'été quand la mer se retire sur la plage de septembre…
Plusieurs histoires dans une histoire qui n'en est pas vraiment une. Oser sortir des schémas classiques pour explorer de nouvelles formes. C'est la liberté de l'écrivain qu'il est bon de rappeler.


C'est le 6e roman d'Éric Pessan qui est aussi auteur de pièces de théâtre. On le ressent bien dans le rythme de ce livre qui se prêterait tout aussi bien à la scène.

Dominique LIN

  • Broché: 183 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (18 août 2010)
  • 15€
  • ISBN-13: 978-2226215192

Pour acheter "Incident de personne", cliquer ici

Le Magazine Littéraire (Octobre 2010)
L'originalité de ce roman discrètement traversé de références littéraires [... ] tient dans son unité paradoxale, sa manière - fluide, et parfois éblouissante - de tisser toutes ses histoires en une, et de faire de ce tissage son authentique sujet.

Télérama (21 août 2010)
Eric Pessan construit son exploration d'essayiste à la façon d'un romancier, en offrant corps et âme à un personnage que rien ne laisse insensible...

EXTRAITS :
"Un grattement contre la vitre, mais je ne vois rien.
Et rien qui soit visible gratte. Des esprits, des fantômes. Combien sommes-nous dans ce train ? Trois ou quatre cents. Combien de fantômes par personne, libérés par l'inaction et la proximité de la mort violente ? C'est ma question : combien chaque individu transporte-t-il en lui de fantômes ? (...) Cela ferait une belle image dans un film ou un roman : un suicide ouvrirait momentanément les portes verrouillées des mémoires, et des milliers de fantômes se verraient libérés pour quelques heures, ils folâtreraient dans les champs, prendraient des nouvelles du monde, s'indigneraient du peu d'honneur que les vivants leur accorde. Ils dégourdiraient leurs membres immatériels, pressés de s'agiter, sachant que les choses rentreront très vite dans l'ordre, qu'ils se retrouveront très vite cadenassés derrière les préoccupations quotidiennes."

"Je suis trop préoccupé par mes propres pensées pour que la conversation roule doucement. Ce serait à moi d'entretenir le feu. Distraitement, je relis plusieurs fois chaque titre à la une du journal. Je regrette presque de l'avoir acheté, ce journal, qui contient surtout des anecdotes, des bribes de récits, des nouvelles histoires qui s'agglomèrent aux histoires dont je déborde. Je suis encombré. Au lieu de me décharger j'ai perdu beaucoup de temps à faire autre chose : à fuir, à trop boire, à continuer d'accumuler des histoires. Je suis saturé maintenant, j'aime bien la définition chimique de ce verbe : rendre impossible l'ajout de nouveaux éléments. Saturée de sel, l'eau n'arrive plus à le dissoudre, il tombe comme de petits cailloux au fond du verre. L'étymologie des mots m'est souvent d'un grand secours. Les mots sont mon outil de travail et il vaut mieux connaître ses outils. J'apprends aux autres à user des mots et - en échange - ils m'envoient des paquets de phrases dans la gueule. C'est mon métier, c'est la raison de mon voyage à Chypre. C'est pourquoi je cherche le silence. Je ne veux plus que l'on me raconte quoi que ce soit."


Pour acheter "Incident de personne", cliquer ici

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Hélène Jean 14/02/2011 13:37



Je viens de terminer "Incident de personne" : j'ai beaucoup aimé cet univers particulier, un huis clos dans un train immobilisé en rase capagne par suite du suicide d'une personne. La narrateur,
lui-même englué dans ses propres   problèmes, voyage à côté d'une femme à qui il se raconte.


C'est du grand art, car son interlocutrice n'intervient jamais directement, il n'y a aucun dialogue. C'est la narration seule qui permet de connaitre ce que dit la femme. Quelques phrases
ponctuent les différents paragraphes, qui sont soit monologue, soit récit.


Et l'écriture est une merveille !



Hélène Jean 07/02/2011 17:35



Je ne connais pas le livre dont vous parlez, mais comme je vous fais confiance lorsque vous "critiquez" un ouvrage quel qu'il soit, je l'ai d'ores et déjà demandé en cadeau d'anniversaire à mon
"homme" !!!



Dominique 08/02/2011 11:18



Voilà qui fera plaisir à l'auteur