Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • : Maison d'édition Elan Sud, littérature générale, à Orange (84). Ses auteurs et leurs romans. Parutions, articles, interviews, commentaires. Actualité des salons du livre, rencontres avec le public. Site d'échange littéraire. Organisation du concours de manuscrits : Prix première chance à l'écriture
  • Contact

Recherche

l'actualité

Agenda des salons, des parutions.
Rencontre avec les auteurs : C'est ici

Bonjour à tous,

J'ai ouvert ce blog pour vous permettre de réagir aux lectures de nos ouvrages. Les auteurs vous répondront avec plaisir en fonction de leur emploi du temps, laissez-leur un commentaire.

Un calendrier pour retrouver les auteurs, un Blog pour prolonger une conversation…

Un Prix Littéraire pour donner "Une Première Chance à l'Écriture" (un contrat d'édition à la clé)
Pour rester informé des dates de Rencontres & Dédicaces, des parutions, des nouveaux articles, inscrivez-vous à la liste de diffusion.
Ce site est à consommer sans modération. A vous de jouer.
Corinne, responsable d'édition
Pensez à vous inscrire à la lettre d'information
 
  juin 2016:  le 9e Salon de l'édition indépendante se déroulera à Orange (84).
  le site L'Antre des Livres - renseignements : e-l-u@orange.fr
30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 07:00
Qu’y-a-t-il derrière ces visages que nous croisons, dont nous croyons tout percevoir, tout connaître? Une réconfortante transparence télégénique  ou de mystérieuses vies ?
Regardons ce qu’en dit la littérature et particulièrement
« Les inconnus dans la maison » De Georges Simenon, aux éditions Folio.

Georges Simenon n’avait rien d’un ascète contemplatif. Bon vivant, homme à femmes, aventurier des mers, explorateur de l’Afrique coloniale, road-moviste aux States, déménageur compulsif, c’était un concentré d’écrivain, capable d’engendrer un livre en trois jours, enfermé dans une pièce d’où il ne sortait que la mine défaite, amaigri jusqu’à l’os. Ses héros sont tout le contraire : lents, glauques, épais, flairant longuement les atmosphères, rechignant devant la matérialité des apparences, reniflant les âmes, les humeurs, les sentiments, pour tenter de  comprendre (un peu)  ces êtres bizarres : les hommes.

Loursat boit. Dans son immense maison de Moulins, avocat jadis redouté, il s’enivre pour oublier la fuite de sa femme, qui l’a abandonné avec leur bébé.  Depuis vingt ans, Loursat s’occupe à feuilleter au hasard son immense bibliothèque, mange (grossièrement), se néglige, ne sort jamais et n’adresse mot à personne pas même pas à sa fille. Un soir il découvre par hasard un homme mort dans une chambre abandonnée. Puis, qu’une vie secrète se déroulait là, chaque nuit, autour de sa fille et de notables rejetons aussi francs et vigoureux que des vers blancs. L’amant  de sa fille est accusé. C’est un pauvre, insolite dans ce groupe bourgeois. Loursat le croit innocent, renoue avec les plaidoiries, le sauve. Les amoureux se marient, s’installent au loin. Loursat recommence à boire. Oui, mais pas seul, au bistrot cette fois, entouré de monde
Dans une ville joyeuse comme un fantôme constipé, où l’ennui est plus épais encore que le brouillard, Loursat a redécouvert les gens vivants, les odeurs, les sons, les courants d’air du cœur, et la beauté modeste des sans-grades, leur humble grandeur face aux lâchetés des puissants. Il a retrouvé la vie avec ses petits secrets sans drames, ses mystères touchants, ses attendrissements.

Or, les personnages de Simenon ne sont-ils pas nos voisins de palier, les inconnus de nos trottoirs? Ils cachent, ils mentent, ils se trompent et s’égarent, mais ils sont si attachants ! Lisez Simenon, il rend heureux ! Quatre cents romans, ce n’est pas une affaire !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

DJU770 04/04/2008 21:46

Intéressant ! Ca c'est de moi, qu'en pensez-vous ?
Je suis dans le noir complet. Je ne vois rien.


Quelqu'un me prend doucement la tête entre ses mains : à ses ongles sur ma peau, je devine une femme.

Elle fait glisser ses doigts en effleurant délicieusement le tour de l'oreille, puis descend entre les petits cheveux courts de ma nuque. Les mains se séparent finalement pour s'arrêter sur les épaules en une ultime caresse lente et sensuelle.


Une onde de plaisir m'envahit qui remonte les contreforts du cou jusqu'au sommet de la tête. L'une des mains, légère et délicate s'arrête finalement sous le menton.
Je laisse échapper un :
-"hummm..."
qui en dit long sur les sensations exquises qui m'envahissent.

Le timbre d'une voix très douce me dit :
-« enfin, tu es là ! Je t'espère depuis si longtemps ! »

A bientôt sur mon blog ?

DJU770