Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • : Maison d'édition Elan Sud, littérature générale, à Orange (84). Ses auteurs et leurs romans. Parutions, articles, interviews, commentaires. Actualité des salons du livre, rencontres avec le public. Site d'échange littéraire. Organisation du concours de manuscrits : Prix première chance à l'écriture
  • Contact

Recherche

l'actualité

Agenda des salons, des parutions.
Rencontre avec les auteurs : C'est ici

Bonjour à tous,

J'ai ouvert ce blog pour vous permettre de réagir aux lectures de nos ouvrages. Les auteurs vous répondront avec plaisir en fonction de leur emploi du temps, laissez-leur un commentaire.

Un calendrier pour retrouver les auteurs, un Blog pour prolonger une conversation…

Un Prix Littéraire pour donner "Une Première Chance à l'Écriture" (un contrat d'édition à la clé)
Pour rester informé des dates de Rencontres & Dédicaces, des parutions, des nouveaux articles, inscrivez-vous à la liste de diffusion.
Ce site est à consommer sans modération. A vous de jouer.
Corinne, responsable d'édition
Pensez à vous inscrire à la lettre d'information
 
  juin 2016:  le 9e Salon de l'édition indépendante se déroulera à Orange (84).
  le site L'Antre des Livres - renseignements : e-l-u@orange.fr
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 13:44

 

Zone de Toulepleu, Côte d’Ivoire – STOP – Sortie de conflit armé – STOP – Pillages, exactions en tous genre, déstructuration des liens communautaires – STOP – Démarrage d’un projet de construction à forte composante de cohésion sociale – STOP – Rien ne va plus, faites vos jeux.

Parmi l’effervescence contagieuse d’un démarrage de projet, au son d’hymnes lancinants de coupé-décalé, les rétines sont percutées d’images et ne finissent par retenir que de vagues traces colorées. Une empreinte de fauvisme. Un déchaînement de coup de pinceaux rageurs, allumés, éclairés, par une espèce de Van Gogh invisible, bien décidé à n’accorder nul repos à ceux qui tentent, humblement, de réduire la vulnérabilité de victimes de violences.

Vert

Comme l’espoir suintant de la forêt primaire, poussant si vite que l’on croit apercevoir des cimes s’élever, des bourgeons fleurir, des lianes s’enrouler autour de gigantesques troncs. Qu’il est agréable, reposant, de laisser nos yeux fatigués se perdre dans le dédale de verts ! Cette danse effrénée, aussi crue que l’Afrique, chaloupant entre une teinte émeraude et la fluorescence éclatante d’un jaune verdâtre gorgé de lumière.

Comme les feux de signalisation invisibles d’un début de projet : toutes les voies sont ouvertes, ne reste qu’à les emprunter. Construire une équipe, poser les bases de cette nouvelle aventure commune. Foncer, droit devant, avec la fougue nécessaire pour créer l’élan qui portera tout le monde, employés comme communautés, vers le succès d’un programme de reconstruction.

Bleu

Comme le ciel infini, placide, posant un œil protecteur sur les humains, ces curieuses créatures qui d’un jour à l’autre, se découpent à la machette et finissent par rire et danser ensemble. Un azur d’une générosité sans bornes, ouvert à ceux qui ne croient plus en rien. Triste de le voir se cacher ainsi derrière une masse noirâtre de nuages menaçants. Le bleu joue à cache-cache en saison des pluies et se fait désirer entre deux averses impitoyables, moites et odorantes.

Comme le logo posé sur les tricots des équipes, à l’endroit où bat le cœur. « Porter assistance aux victimes de conflits armés, en respect de nos principes et valeurs ». On est là pour ça. Se mettre au service de cet engagement et trouver ainsi l’énergie nécessaire pour contrer les menaces, faire fi des contraintes et se rire des difficultés. La route est parfois jalonnée de conversations bouleversantes, forçant à user les fonds de pantalon devant une tablée de bières fraîches. Rien de grave. Juste une trêve, une escale de marin dans un port sans âge, où le temps se perd entre la lumière d’un rêve et l’ombre d’un cauchemar.

Rouge

Comme les pistes de latérite éventrées, ravinées, défoncées, entraînant les véhicules dans un cahot constant. Forts et courageux doivent être les chauffeurs pour en éviter les pièges ! Et quand – dommage – un des véhicules s’embourbe, c’est vers la Logistique que se tournent les yeux emplis de désarroi. Et tel Atlas, condamné à soutenir le monde, le « Log » débarque prestement, armé de tire-forts, pour dégager les précieux pick-up des boues gluantes.

Comme tous ces feux de signalisation auxquels on doit faire face ensemble pour atteindre nos objectifs humanitaires. Trouver des chemins de traverses, ouvrir des pistes dans la brousse. Il ne sera pas dit que nous aurons ployé sous le poids des obstacles.  

      Sylvain Riccio

Pour découvrir lepremier chapitre du roman de Sylvain Riccio, Poussière d'écume : cliquer ici

Partager cet article

Repost 0
publié par éditions Elan sud - dans Sylvain RICCIO
commenter cet article
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 09:00
9782911137174C.jpg 

 

 

 

logo.jpg

Poussière d'écume
Le jeune Karel, gratte-papier dans un commissariat sordide de Prague, rêve de voyager sans trouver le courage de partir. Il se lie d'amitié avec Dashnor, un vieux marin dont les aventures lointaines le fascinent. Parmi ses compagnons de fortune, le sombre Vodnik l'incite à consommer une drogue dure. Il sombre peu à peu dans la folie, tandis qu'un tueur sanguinaire rôde dans les rues froides de la ville. Un polar intense.


Sylvain Riccio
Cursus
Lors de mon enfance, je pensais devenir biologiste pour chercher de nouvelles espèces animales ou végétales. Mais à la fin de mes deux années de Classe Préparatoire aux Grandes Écoles, il me semblait qu'un chercheur en biologie passait trop de temps dans un bureau ou un laboratoire. J'ai donc décidé d'intégrer l'École Nationale Supérieure de Géologie de Nancy, dont les diplômés parvenaient à trouver du travail à l'étranger et à garder un contact direct avec le terrain.
J'ai commencé à travailler en tant qu'ingénieur géologue en Mauritanie. Chercher de l'eau dans le désert a été une première expérience très formatrice. Puis, j'ai tenté une carrière dans le pétrole entre la Suisse, le Nigeria et le Brésil, mais je ne me sentais pas à ma place dans le système industriel et j'ai choisi de le quitter. Je me suis alors engagé dans l'Aide Humanitaire. J'ai eu la chance de travailler dans différents contextes de crise : reconstruction après catastrophes naturelles et soutien aux populations victimes de conflits armés. J'ai ainsi pu découvrir des pays comme l'Indonésie, le Soudan, le Kenya, la Centrafrique, ou encore le Mali.

Écriture
Travailler dans différents contextes de crise m'a permis de découvrir un monde extrêmement diversifié dont la marche peut sembler déroutante ou chaotique. L'écriture s'impose alors comme le meilleur moyen d'assouvir le besoin de raconter, de réfléchir, de comprendre. L'imagination prend ensuite la relève pour créer, à partir de situations réelles, un monde nouveau plus propice à l'extraordinaire.

 

commander un livre à Elan Sud 

 
 

Fiche technique

Poussière d'écume

Auteur :
Sylvain RICCIO

Editeur : Elan Sud

Format : 12,5 X 21 cm
Pages : 220

N° ISBN : 978-2-911137-17-4

prix : 17€

mixradio.jpg écouter l'interview de Sylvain Riccio ;

Partager cet article

Repost 0
publié par éditions Elan sud - dans Sylvain RICCIO
commenter cet article