Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • : Maison d'édition Elan Sud, littérature générale, à Orange (84). Ses auteurs et leurs romans. Parutions, articles, interviews, commentaires. Actualité des salons du livre, rencontres avec le public. Site d'échange littéraire. Organisation du concours de manuscrits : Prix première chance à l'écriture
  • Contact

Recherche

l'actualité

Agenda des salons, des parutions.
Rencontre avec les auteurs : C'est ici

Bonjour à tous,

J'ai ouvert ce blog pour vous permettre de réagir aux lectures de nos ouvrages. Les auteurs vous répondront avec plaisir en fonction de leur emploi du temps, laissez-leur un commentaire.

Un calendrier pour retrouver les auteurs, un Blog pour prolonger une conversation…

Un Prix Littéraire pour donner "Une Première Chance à l'Écriture" (un contrat d'édition à la clé)
Pour rester informé des dates de Rencontres & Dédicaces, des parutions, des nouveaux articles, inscrivez-vous à la liste de diffusion.
Ce site est à consommer sans modération. A vous de jouer.
Corinne, responsable d'édition
Pensez à vous inscrire à la lettre d'information
 
Salon de l'édition indépendante à Orange (84)
  le site L'Antre des Livres - renseignements : e-l-u@orange.fr
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 14:49

Il est des hommes qui savent faire oublier à leurs invitées la peur du micro en direct, Jean-Pierre Alaux est de ceux-là. Invitée de son émission Microscopie, sur Radio Présence, ce 19 juin 2015 : Denise Déjean, à propos d'elle et surtout de son dernier roman Femmes en leurs jardins, éd. Elan Sud, collection élan d'elles.

A écouter sans modération…

Si le lecteur ne fonctionne pas, cliquer ici.

 

Pour lire les premières pages du roman, c'est ici

 

À paraître très prochainement un nouveau roman de Denise Déjean :

L’armier
Mystère à Saint-Paou

Entretien de Jean-Pierre Alaux avec Denise Déjean

Partager cet article

Repost0
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 15:03

Femmes en leurs Jardins, roman de Denise Déjean chez Elan SudLa collection élan d’elles, « la blanche » de chez Elan Sud, vient de s’étoffer d’un 7e titre : Femmes en leurs jardins, de Denise Déjean.

Ce roman était attendu. Ses lecteurs connaissaient Denise pour Lardoulens, un roman de terroir truculent avec des personnages bien campés. Ils ne s’attendaient pas à un tel renouveau, la finesse de sa nouvelle écriture, de sa perception de la migration des peuples à travers le temps et la condition des femmes qui suivaient les hommes fuyant la Révolution, la faim ou la guerre, et qui cherchaient une terre pour reconstruire leur vie.
Femmes en leurs jardins est une ode à la vie, une invitation à regarder l’autre avec compassion et générosité.
Les femmes, qu’elles soient d’ici ou d’ailleurs, thème de la collection qui a inspiré l’auteur, ont les mêmes aspirations, les mêmes besoins, les mêmes rêves…
Sorti le 9 août en avant-première du Salon du livre de Tarascon-sur-Ariège, lors d’une séance de dédicace privée, et proposé au public le lendemain sur le Salon, Femmes en leurs jardins a reçu un excellent accueil. Le voilà propulsé pour un avenir certain.

Femmes en leurs jardins, de Denise Déjean
Collection élan d’elles
Format 120 X 210 mm
368 pages - Prix : 22 €
EAN : 9782911137365


4e de couverture :
En quête d’une terre d’accueil ou d’un travail, les peuples ont toujours migré. Les maris ont loué leurs bras et ouvert les jardins. Les épouses ont sculpté les parcelles avec amour pour enrichir l’ordinaire.
Asya la Russe, Maria l’Espagnole, Drusilla l’Italienne et Djédjila la Kabyle ont travaillé, aimé et souffert au cœur des jardins de la Vieille Ville. Au fil du XXe siècle, Montorgel s’est teintée de saveurs et de couleurs venues d’ailleurs.
Un tableau humaniste sur la mémoire collective.

Dejean_Coustellet-copie-1.jpgDenise Déjean a exercé plusieurs métiers autour de la culture et du livre. Elle a été chargée de programmation culturelle à la ville de Tarascon-sur-Ariège. Aujourd’hui, elle est à la fois bibliothécaire, conteuse et correspondante de presse. Elle organise, dans le cadre de l’association L’Oiseau-Lyre, le Salon du livre de Tarascon-sur-Ariège, le 2e dimanche d’août depuis 2006.
Elle a cosigné plusieurs ouvrages ethnographiques sur les Pyrénées ariégeoises, avant de se tourner en 1996 vers la nouvelle et le roman, sur les conseils d’un « parrain » de poids : Georges Coulonges. Ce besoin d’écrire a donné naissance à des textes salués par la critique, et récompensés par plusieurs prix.
Le crime du Gamat a reçu en mai 2000 le prix Fabien Artigue de l’Académie des Jeux Floraux.
Lardoulens (ed. Elan Sud, 2010) a reçu le Prix 2012 de l’académie des Jeux Floraux.

 

Pour lire les premières pages, c'est ici.

Partager cet article

Repost0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 11:41

 

academie.jpgL'Académie des Jeux floraux maintient la tradition du Gai savoir et s'attache à la promotion de la langue d'oc depuis 1323. À ce titre, elle est considérée comme la plus ancienne société savante d'Europe. Fondée par Louis XIV en 1694, elle est reconnue d'utilité publique depuis 1923.

À la Toussaint 1323, sept personnages, que l'on nomme depuis « les sept troubadours », mais qui étaient un damoiseau, Bernard de Panassac, un habitant du Bourg de Toulouse, deux changeurs, deux marchands, et un notaire, se réunirent avec les capitouls pour créer un concours de poésie, doté d'une violette d'or que les capitouls s'engagèrent à payer. Ce prix fut donné pour la première fois le 3 mai 1324.

 

Chaque année, l'académie décerne plusieurs Prix dans chaque catégorie :
• Grands prix
• Prix spéciaux de poésie française
• Prix spéciaux de prose française

 

Lardoulens Couv 500pxLes années sont passées, le Prix a continué…

Le romantisme et la mode du genre Troubadour furent bénéfiques pour l'Académie. Victor Hugo, récompensé à dix-sept ans, était maître en 1820. Chateaubriand le fut en 1821, Baour-Lorman, un Toulousain, en 1824, Chênedollé en 1827. Divers membres de l'Académie s'attachèrent à lire et à publier les vieux manuscrits de l'Académie, tandis que le goût de l'époque pour les faux faisait apparaître des registres imaginaires de poésies vantant Clémence Isaure.
Frédéric Mistral fut nommé maître en 1878, mais il fallut attendre 1895 pour que fussent rétablis les prix de poésies en langue occitane.
Ce Prix n'a jamais « surfé » sur l'actualité ni la notoriété éditoriale. Les livres sont sélectionnés autant pour leur fond que pour leur style.

 

Dejean_Coustellet.jpgUn auteur Elan Sud récompensé

 Le 3 mai prochain, Denise Déjean se verra décerner le Prix d'Académie des Jeux floraux 2012 et une médaille de vermeil pour son roman « Lardoulens » paru en 2010 chez Elan Sud.

 

Corinne Niederhoffer, responsable des éditions Elan Sud a été la première à être informée. Dans un élan de joie et de fierté, Denise a remercié Corinne pour le travail réalisé sur le manuscrit, pour que celui-ci aboutisse à ce qu'il est aujourd'hui : un roman rythmé, équilibré, vif, dont les personnages typés échappent à la caricature en milieu rural.

Denise travaille un nouveau manuscrit. Son objectif : paraître dans la collection « élan d'elles », un des fleurons de la maison d'édition. Mais nous n'en sommes pas là, laissons Denise toute à son bonheur… Rendez-vous le 3 mai à Toulouse pour la cérémonie.

Pour en savoir plus sur Denise Déjean et son roman Lardoulens, cliquer ici

 acheter ce livre 

Le palmarès officiel sera très certainement en ligne prochainement… lien ici

 

Partager cet article

Repost0
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 11:23

Tarascon2010-023"Lardoulens", le dernier roman de Denise Déjean, était présenté officiellement aux lecteurs ce dimanche 8 août au salon de Tarascon.

 

10H, on avait pourtant dit 10h, mais le public est roi. Il a fallu se dépêcher d'installer les livres car dès 9h30, les lecteurs étaient là, réclamant leur exemplaire agrémenté d'une dédicace.

 

Tarascon2010-048Denise ne s'attendait pas à un tel succès. Bien sûr, son attachement au patrimoine, à la culture et aux traditions ariégeoises ont fait d'elle une figure incontournable, sans oublier sa présence sur le terrain en tant que journaliste. Mais de là à voir défiler sans discontinuer amis, famille, connaissances ou lecteurs anonymes, elle n'imaginait pas voir tant de monde.

 

Tarascon2010-050Les articles de presse parus la semaine précédente avaient permis de se faire une bonne idée sur la qualité du roman. Les critiques allaient toutes dans le même sens : Lardoulens, un Tarascon2010-041 roman de bonne facture, à ne pas rater!

 

 

Après une brève pause déjeuner, Denise a participé à une table ronde animée par Aline Pailler journaliste à France-Culture au cours de laquelle elle a présenté Lardoulens aux côtés d’Olivier de Marliave et d’Alain Leygonie, deux auteurs régionalistes bien connus du grand public. En revenant au stand d'Élan Sud, une longue file l'attendait encore.

 

Tarascon2010-053C'est justement le stand Elan Sud qui a plié bagages le dernier, vers 19h, car Denise était toujours sollicitée. Plus d'une centaine d'exemplaires est partie dans la journée. De quoi donner le moral à un auteur et lui donner envie de continuer. Il est question d'un nouveau roman, quelques bribes ont été lâchées dans la conversation, mais… attendons, chaque plaisir à son heure. Pour l'instant, Denise savoure le succès de cette sortie.

 

 

 

Pour ceux qui n'auraient pas pu venir à Tarascon, des séances de rattrapage vous sont proposées en Ariège et en Vaucluse

 

Tarascon2010-00323 août de 10 h à 13 h:

(09) Mirepoix,  librairie des couverts

7 place du maréchal leclerc

 

25 août de 10 h à 13 h:

(09) marché de Ste Croix Volvestre,

 

28 août de 10 h à 18 h:

(84) Coustellet, journée de la fête du livre...

Stand de la maison d'édition Elan Sud : Denise Déjean, F. Hertier, D.

Lin, A. Raoux-Granier.

 

Lardoulens Couv 120px12 septembre de 10 h à 18 h:

(09) Ax les thermes. Festival des saveurs

 

Samedi 2 octobre à Foix (09)

Librairie SURRE (horaires à confirmer)

 

Inscrivez-vous à la lettre de diffusion, vous serez informé en temps réel…

 

Pour  voir toutes les photos des actualités depuis le début de l'année, cliquer ici

Partager cet article

Repost0
4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 08:51

Partager cet article

Repost0
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 08:46

© MidiNews 2010

Denise Déjean vient de sortir son dernier roman aux éditions Elan Sud.

Cette ariégeoise née à Tarascon se passionne depuis des années pour l’histoire locale notamment de la vallée de Vicdessos et aux modes de vie traditionnels de la Haute Ariège.

Co-Fondatrice du musée Pyrénéen de Niaux ses enquêtes ethnographiques la conduisent dans les fermes et hameaux pour recueillir les témoignages des anciens, les savoirs faires ancestraux et les traditions pyrénéennes.

D’ouvrages ethnographiques, aux recueils de nouvelles et aux romans, il n’y a qu’un pas qu’elle franchit lors d’un concours de nouvelles à Montauban où elle remporte un premier prix et rencontre Georges Coulonges qui la prend d’affection et la parraine.

Sous son  influence et ses encouragements elle commence à prendre confiance, à écrire des nouvelles dont la plupart son primées, en particulier aux Arts et Lettres de France. Un de ses romans historique sur un assassinat en montagne ariégeoise au XVIIe siècle, «Le Crime de Gamat» (éd. Lacour, 1999) qui a obtenu en 2000 le prix Fabien Artigue de l’Académie des Jeux Floraux.

Cette passionnée joue donc avec les mots depuis plus de vingt ans, sa générosité n’a d’égal que sa discrétion.

Elle nous a reçu dans son village de Banat pour nous parler de Lardoulens, son dernier opus.

C’est un roman du terroir qui se passe dans les années 1920.

C’est l’histoire d’Antonin, un vieil homme égoïste et fielleux  qui vit à Lardoulens, une ferme des montagnes ariégeoises avec une promesse impossible à tenir, faite à sa mère sur son lit de mort.

Les mots sont justes, les situations sont vraies, entre humour et réalisme, ce roman pourrait se situer dans n’importe qu’elle campagne.

Les mauvaises herbes poussent partout. Les aspérités du terroir et des personnages affleurent dans cette belle histoire où anecdotes du quotidien, traditions, vie paysanne participent au succès de ce roman où chacun peut retrouver un pan des souvenir de son enfance.

Une madeleine de Proust à consommer sans modération.

Denise Déjean présentera officiellement son nouveau roman dans le cadre du salon du Livre de Tarascon dimanche 8 août.

auteur: Laurence Cabrol |

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 13:50
Denise Déjean
Denise DÉJEAN

 

Lardoulens

Roman

 

Collection Terroir

Fiche technique

 

Titre :
Lardoulens

Auteur :
Denise DÉJEAN

Editeur : Elan Sud

Format : 12,5 X 21 cm
Pages : 240

N° ISBN : 978-2-911137-18-1

prix : 18€

Un personnage central : Antonin.
Un lieu unique : Lardoulens, la propriété familiale.
Un village de montagne comme il existe tant.
La vie d’Antonin aurait pu être le même long fleuve tranquille que celle de ses semblables s’il n’avait fait une promesse à sa mère sur son lit de mort. Pas facile pour lui de la tenir.
Comme la terre produit l’ivraie au meilleur des épis, les villages quelquefois ont généré de vieux solitaires comme Antonin, indécrottables égoïstes et fielleux patentés. Leur vision du bonheur et les objectifs qu’ils se donnaient pour y parvenir ne tenaient compte de leur entourage que pour mieux laminer les êtres.
Entre humour et réalisme, ce roman a pour cadre la montagne ariégeoise, mais il aurait pu se situer dans n’importe quelle campagne : les mauvaises herbes poussent partout.
 
 
Disponible

 


Contact éditeur

Denise a exercé plusieurs métiers qui gravitent autour de la culture et du livre : mise en page de manuscrits, correctrice dans un hebdomadaire, conférencière, guide de musée. Elle a été chargée de programmation culturelle à la ville de Tarascon-sur-Ariège. Aujourd’hui, elle est à la fois bibliothécaire, conteuse et correspondante de presse. Elle s’investit avec passion dans plusieurs associations, dont L’Oiseau-Lyre qui organise chaque année le Salon du Livre de Tarascon-sur-Ariège, le 2e dimanche d’août.
En tant qu’écrivain, elle a cosigné plusieurs ouvrages ethnographiques sur les Pyrénées ariégeoises, avant de se tourner en 1996 vers la nouvelle et le roman, sur les conseils d’un “parrain” de poids : Georges Coulonges. Ce besoin d’écrire a donné naissance à des textes salués par la critique, et récompensés par plusieurs prix. Son premier roman “Le crime du Gamat” a reçu en mai 2000 le prix Fabien Artigue de l’Académie des Jeux Floraux.

 

Partager cet article

Repost0