Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • : Maison d'édition Elan Sud, littérature générale, à Orange (84). Ses auteurs et leurs romans. Parutions, articles, interviews, commentaires. Actualité des salons du livre, rencontres avec le public. Site d'échange littéraire. Organisation du concours de manuscrits : Prix première chance à l'écriture
  • Contact

Recherche

l'actualité

Agenda des salons, des parutions.
Rencontre avec les auteurs : C'est ici

Bonjour à tous,

J'ai ouvert ce blog pour vous permettre de réagir aux lectures de nos ouvrages. Les auteurs vous répondront avec plaisir en fonction de leur emploi du temps, laissez-leur un commentaire.

Un calendrier pour retrouver les auteurs, un Blog pour prolonger une conversation…

Un Prix Littéraire pour donner "Une Première Chance à l'Écriture" (un contrat d'édition à la clé)
Pour rester informé des dates de Rencontres & Dédicaces, des parutions, des nouveaux articles, inscrivez-vous à la liste de diffusion.
Ce site est à consommer sans modération. A vous de jouer.
Corinne, responsable d'édition
Pensez à vous inscrire à la lettre d'information
 
  juin 2016:  le 9e Salon de l'édition indépendante se déroulera à Orange (84).
  le site L'Antre des Livres - renseignements : e-l-u@orange.fr
18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 05:52
Un auteur : Bruno ALBERRO
Une maison d'édition : ELAN SUD

Raconter une histoire.
Qu’est ce qui peut inciter quelqu’un à écrire ? C’est toute la question qui habite l’auteur. Je ne peux m’exprimer au nom des autres bien plus grands que moi. Pour ma part un jour, à l’approche de la cinquantaine, je n’ai plus eu envie de me comparer avec les écrivains que j’adulais. Je me suis contenté de raconter une histoire. Comme un enfant qui mêle réalité et pure invention.
"De l’autre côté", édité chez Elan sud à Orange, vient des ces mondes extraits de la vérité partielle issue de mes voyages et dans la fiction que permet le roman. C’est le fruit d’un chemin initiatique qui m’a conduit au fil des années en Afrique ou en Amérique latine. En utilisant le Je comme technique de narration, le lecteur peut se demander qu’elle est la part de vécu de l’auteur, qu’elle est celle de l’inconscient et du conscient. Il m’est difficile de faire la ou les séparations. Je n’ai pas eu de cloisonnement et je ne me reconnais pas dans ce Je.
Ce Je peut choquer car il place le lecteur dans un rôle d’anti-héros qui peut lui paraître abaissant. Un Je caméra qui observe ce qu’il voit et analyse ce qu’il ressent sans se vouloir moralisateur. Peut être moi même, dans mon travail de journaliste à Vaucluse matin, j’agis aussi de cette manière pour laisser le lecteur choisir et pousser les portes lui même. Celles que je voudrais ouvrir au quotidien dans mon exercice d’écriture qui ne s’attache qu’à relater des faits.
Dans "De l’autre côté" j’ai le sentiment de m’être transformé en éponge qu’on a pressée. Une éponge qui s’est imbibée toute une vie jusqu’au trop plein. Il a débordé quand, arrivant dans un village du Guatemala, un médecin indien m’a raconté de façon la plus naturelle du monde que la veille des soldats du gouvernement étaient entrés dans le village et avaient tiré au hasard dans les maisons. C’est l’embryon d’une colère. Le livre m’a permis de retrouver une paix intérieure.
Il m’est resté le goût d’écrire traduit avec "Evariste Galois" sorti en décembre dernier. J’ai trouvé plaisir à raconter d’autres histoires. Il reste à les partager. Car des écrits enfouis dans un tiroir demeurent des lettres mortes. Nous avons tous des histoires à partager.
Bruno ALBERRO

Qu’est-ce qu’une maison d’édition?
Une maison d’édition, c’est un directeur éditorial, un directeur littéraire, un responsable d’édition, un secrétaire d’édition, un responsable du service correction, un lecteur correcteur, un responsable du service documentation et iconographie, un documentaliste, un comité de lecture aux sensibilités multiples.
C’est beaucoup, en effet.
Les postes sont souvent cumulés comme c’est le cas aux Éditions Elan Sud, à Orange.
Tous les jours des manuscrits arrivent à Elan Sud. Envoyés souvent à l’aveugle, ils atterrissent sur une pile en attente de lecture. Une première sélection : le sujet, l’aptitude de l’auteur à écrire, une résonance dans le texte qui sensibilise des convictions personnelles… ce n’est pas simple.
J'ai choisi la littérature sous forme de roman ou d'essai au sein de plusieurs collections répondant au plus grand nombre de lecteurs, tout en restant attentive à d'autres formes, d'autres directions.

C’est un travail de longue haleine très prenant. Sur quelques centaines de manuscrits réceptionnés, il y en aura un qui, peut-être, retiendra mon attention.
Un élu et de nombreux déçus !
Un éditeur qui se respecte doit financer dans l’intégralité toutes les étapes de la production du livre, c’est un pari sur l’avenir.
La loi interdit à l'éditeur de faire financer le livre par l'auteur. S'il le fait, c’est une opération commerciale, une prestation de service. L’auteur doit alors être maître de son œuvre et l'ouvrage ne doit en aucun cas porter le nom du prestataire.

... la suite au café littéraire du 25, à très bientôt
Corinne LIN

Le café littéraire, un vendredi par mois à 18h  au "CAFE DE LA GARE"
Avenue Frédéric Mistral 84100 ORANGE
Une discussion sans retenue autour du livre du mois.
entrée 4 euros (boisson comprise au choix)
renseignements complémentaires auprès de Max Ferri, téléphone : 04 90 51 86 05

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Corinne 20/06/2008 09:19

écrire pour se libérer c'est une bonne chose, avoir un cœur d'enfant c'est excellent, la vie cependant ne laisse pas trop de place à la simplicité de l’enfance.
L’écriture est pour moi le reflet de l’âme. Elle permet de coucher sur le papier nos envies, nos blessures, nos sentiments profonds. Tout n’est pas à dire, il faut garder parfois son jardin secret.
L’amour éternel reste improbable, car nous ne sommes pas éternelles. Ce qui n’empêche pas les sentiments…

levraud linda 19/06/2008 14:56

J'écris pour me liberer,je suis une petite fille dans le corps d'une femme,longtemps je suis restée soumise a ma vie,j'écris par colere,puisant au fond de moi cette flamme qui fait naitre chaque jour cette passion.
le reve,les émotions sont fait de magie,je me sens en décalage avec ce monde,comme ci je venais d'une autre époque.
j'apporte mes sentiments,la croyance d'un amour éternel. quand pensez vous?
merci amicalement linda.

Chewikar Abdel Aziz 21/04/2008 16:54

Ce qui peut inciter quelqu'un à écrire , c'est une force innée qui le pousse à l'expresion pour bien dire ce qu'il observe tout spécialement quand le monde devient un handicap.
La capacité langagière facilite l'art d'écrire. A partir de cet instant l'écriture devient un plaisir . Une réponse à des questions que les autres n'osent paa avouer. Les voyages et les expériences de la vie ne sont pas toutes semblables. Chacun dans son vécu possède une orginalité qui en s'ajoutant à la culture commune enrichit beaucoup. Par exemple dans ce texte de Bruno , l'auteur se compare à une éponge imbibée qu'on presse , c'est fantastique! En effet "nous avons tous des histoires à partager " pour plus de solidarité dans ce monde fragile ...