Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • : Maison d'édition Elan Sud, littérature générale, à Orange (84). Ses auteurs et leurs romans. Parutions, articles, interviews, commentaires. Actualité des salons du livre, rencontres avec le public. Site d'échange littéraire. Organisation du concours de manuscrits : Prix première chance à l'écriture
  • Contact

Recherche

l'actualité

Agenda des salons, des parutions.
Rencontre avec les auteurs : C'est ici

Bonjour à tous,

J'ai ouvert ce blog pour vous permettre de réagir aux lectures de nos ouvrages. Les auteurs vous répondront avec plaisir en fonction de leur emploi du temps, laissez-leur un commentaire.

Un calendrier pour retrouver les auteurs, un Blog pour prolonger une conversation…

Un Prix Littéraire pour donner "Une Première Chance à l'Écriture" (un contrat d'édition à la clé)
Pour rester informé des dates de Rencontres & Dédicaces, des parutions, des nouveaux articles, inscrivez-vous à la liste de diffusion.
Ce site est à consommer sans modération. A vous de jouer.
Corinne, responsable d'édition
Pensez à vous inscrire à la lettre d'information
 
  juin 2016:  le 9e Salon de l'édition indépendante se déroulera à Orange (84).
  le site L'Antre des Livres - renseignements : e-l-u@orange.fr
14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 06:18
Dans le tourbillon des amours modernes, tout est flash et transparent. On se compose, se décompose et se recompose à grande vitesse.  Mais qu’en était-il au temps des secrets dans les sociétés figées ?
Regardons  ce qu’en dit  la littérature et particulièrement :
«Le fusil de chasse», de Yasushi Inoué, chez  Biblio

Dans le Japon de l’après-guerre, pétrifié derrière une  façade hiératique, quatre personnages se dessinent : Un homme, son épouse, sa maîtresse,  la fille, adolescente de celle-ci.  Ils sont aisés, cultivés. Ce serait banal si  Yasushi Inoué ne mettait  le drame  qui va survenir en perspective distanciée.
Un poète écrit  quelques vers pour une revue de chasse. La poésie est inspirée  par un inconnu croisé dans la montagne, qui porte un fusil.  Le chasseur se reconnaît dans la revue. Il écrit au poète, lui envoie trois lettres, douloureuses et élégantes, qui lui sont parvenues séparément, de celles qui furent son épouse, sa maîtresse, la fille de sa maîtresse. A ces trois monologues correspondent trois perceptions d’une tragédie, dissimulée sous un silence de plomb : La maîtresse se suicide à petits feux. L’épouse, cousine et confidente de la maîtresse, savait, et se plongeait dans la débauche pour se venger. La maîtresse avait divorcé  pour son amant, bien que celui-ci ne lui consacrât que de rares moments. L’adolescente découvre la vérité dans le journal intime de sa mère et le ciel lui tombe sur la tête.  Autour d’eux, dix années durant, rien n’a transparu.  Les convenances sociales n’ont pas frémi. Le fusil a failli servir, mais… L’homme reste seul. Il ne dit rien. Est-il  bouleversé ? Indifférent ? Mystère. Seules les voix des femmes résonnent dans le silence épistolaire. C’est beau et  terrible.

Né en 1907, Yasushi Inoué,  suit  des études en philosophie. Puis, il se lance dans la littérature. Pour Le fusil de chasse, Il reçoit, en 1950,  l’équivalent du « Goncourt » japonais.  Elu à l’Académie des Art, il  préside également l’Association littéraire japonaise. Il disparaît  en 1991. Le fusil de chasse est d’une écriture sobre, dépouillée, distante, uniquement intérieure. C’est un bref  chef-d’œuvre qui se lit avec recueillement, et dont les phrases parfaites évoquent  trois souffrances,  acérées par le secret  de l’adultère.
Les amours d’aujourd’hui, tapageuses, tourbillonnantes, affichées, sont-elles moins douloureuses quand elles tournent mal ?  Je n’en suis pas persuadé.  L’amour rend heureux. Il fait souffrir aussi, toujours et partout.

Partager cet article

Repost 0

commentaires