Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • : Maison d'édition Elan Sud, littérature générale, à Orange (84). Ses auteurs et leurs romans. Parutions, articles, interviews, commentaires. Actualité des salons du livre, rencontres avec le public. Site d'échange littéraire. Organisation du concours de manuscrits : Prix première chance à l'écriture
  • Contact

Recherche

l'actualité

Agenda des salons, des parutions.
Rencontre avec les auteurs : C'est ici

Bonjour à tous,

J'ai ouvert ce blog pour vous permettre de réagir aux lectures de nos ouvrages. Les auteurs vous répondront avec plaisir en fonction de leur emploi du temps, laissez-leur un commentaire.

Un calendrier pour retrouver les auteurs, un Blog pour prolonger une conversation…

Un Prix Littéraire pour donner "Une Première Chance à l'Écriture" (un contrat d'édition à la clé)
Pour rester informé des dates de Rencontres & Dédicaces, des parutions, des nouveaux articles, inscrivez-vous à la liste de diffusion.
Ce site est à consommer sans modération. A vous de jouer.
Corinne, responsable d'édition
Pensez à vous inscrire à la lettre d'information
 
  juin 2016:  le 9e Salon de l'édition indépendante se déroulera à Orange (84).
  le site L'Antre des Livres - renseignements : e-l-u@orange.fr
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 16:13
Il s'appelait Lazare Ponticelli, c'était le dernier poilu de la Grande guerre. Nous l'avions vu aux dernières commémorations, espérant qu'il puisse encore témoigner pour le 90e anniversaire de l'armistice, mais tel ne sera pas le cas.

Lazare Ponticelli est décédé mercredi 12 mars 2008 à l'âge de 110 ans; il était le dernier représentant des 8,5 millions poilus français. Un "hommage national" sera rendu "dans les prochains jours" à tous les Français mobilisés pendant ce conflit a annoncé l'Elysée.

Lettres du FrontA quelques jours de la sortie du livre "Lettres du Front" d'Émile Sauvage, cet événement rappelle la réalité de l'histoire, la douleur d'une génération.

C'était sous les mêmes obus que Lazare se battait quand Émile Sauvage écrivait ses lettres.
Elles prennent aujourd'hui un sens encore plus profond et nous rappellent combien cette guerre, "la der des der", "la grande", une guerre insensée, horrible, meurtrière, comme les autres, devrait quitter nos livres d'histoires.
Non pas pour les siècles passés, c'est fait, mais pour les siècles à venir.

Dominique

Partager cet article

Repost 0

commentaires