Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • : Maison d'édition Elan Sud, littérature générale, à Orange (84). Ses auteurs et leurs romans. Parutions, articles, interviews, commentaires. Actualité des salons du livre, rencontres avec le public. Site d'échange littéraire. Organisation du concours de manuscrits : Prix première chance à l'écriture
  • Contact

Recherche

l'actualité

Agenda des salons, des parutions.
Rencontre avec les auteurs : C'est ici

Bonjour à tous,

J'ai ouvert ce blog pour vous permettre de réagir aux lectures de nos ouvrages. Les auteurs vous répondront avec plaisir en fonction de leur emploi du temps, laissez-leur un commentaire.

Un calendrier pour retrouver les auteurs, un Blog pour prolonger une conversation…

Un Prix Littéraire pour donner "Une Première Chance à l'Écriture" (un contrat d'édition à la clé)
Pour rester informé des dates de Rencontres & Dédicaces, des parutions, des nouveaux articles, inscrivez-vous à la liste de diffusion.
Ce site est à consommer sans modération. A vous de jouer.
Corinne, responsable d'édition
Pensez à vous inscrire à la lettre d'information
 
  juin 2016:  le 9e Salon de l'édition indépendante se déroulera à Orange (84).
  le site L'Antre des Livres - renseignements : e-l-u@orange.fr
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 12:24
Je m’interroge… Lors d’une canicule récente, des milliers de personnes très âgées sont décédées dans la plus grande des solitudes, certaines avec,  sur leur chevet, la photo d’un enfant aimé. Je m’interroge, qu’est-ce que vieillir ainsi ?
Regardons  ce qu’en dit  la littérature et particulièrement cette petite merveille de nouvelle que nous avons sous les yeux et que nous ne pensons pas à lire:

«L’écharpe», d’Andrée Chedid,
Extraite du recueil « La femme en rouge »
 Aux éditions J’AI LU.

Je tiens à dédier cette chronique à mon amie Chewikar Abdel Aziz d’Alexandrie, dont la plume et l’âme, trop modestes, me semblent  intimement proches d’Andrée Chedid.

Om Jamil, « la mère de Jamil, »,  est une vielle dame pauvre de la montagne libanaise qui survit grâce à quelques tâches serviles chez  les riches du village. La vieille dame digne n’a qu’un amour et qu’un espoir, son fils. Mas lui, trop occupé par ses bamboches dans les folles nuits de Beyrouth ne pense guère à elle. Il n’est pas venu la voir depuis quatre ans. ! Pourtant, à cette Saint Sylvestre, c’est sûr, il sera là, il l’a écrit, il l’a promis. Elle prépare la fête, avec tout ce qu’elle a, elle attend et attend. Mais Jamil ne viendra pas.
Andrée Chedid est une très grande dame de la littérature, orientale et occidentale. Née en Egypte de parents libanais, installée à Paris, arabophone, francophone et anglophone, romancière, poète, dramaturge, elle est unanimement adulée, jusqu’à sa descendance puisque son petit-fils, Mathieu Chedid, fils de Louis Chedid, est un compositeur réputé… qui  chante avec succès des textes écrits  par sa grand-mère !
Andrée Chedid parle du drame et de la souffrance des hommes, mais surtout  de ce qui les aide à se dépasser, à mieux vivre, à préparer l’avenir.
Le fils Jamil ne viendra pas. Mais le village a compris le désespoir de la vieille Maman abandonnée, ne dit  rien,  l’entoure d’une affection forte qui la sauve.
Et l’écharpe, qu’elle avait préparée comme cadeau à son fils, devient le symbolique et chaleureux réconfort  de son entourage.
Onze pages à lire avec mouchoir ! Ce pourrait être triste, c’est simplement beau. Quand la solitude a tué nos anciens, on manquait sans doute  d’écharpes chez nous, de milliers...
L’Orient si doux a des charmes oubliés.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

joce 11/02/2008 14:16

Vieillir merveilleusement bien existe aussi.Sur mon blog, j'ai consacré un article à Léon Dupilet, un jeune poète de quatre-vingt-sept ans.Il vient de publier son premier livre.

Chewikar Abdel Aziz 05/02/2008 09:04

En effet , quoi de plus beau  d'aimer et de se sentir aimé  vers la fin de sa vie ! Mais c'est le désespoir  chez certains ... voilà  ce que l'on pourrait dire   de ce récit: "Je pensais que tu viendrais ravir mon coeur de gaité! Ton regard m'a épris  mais je passais à l'oubli... Pourquoi ce ton affable des amis raisonnables? Ma chanson s'est tarie , et ma fleur s'est flétrie. Laisse-moi donc partir  vers un autre avenir !     Chewikar A. Aziz      

Chewikar Abdel Aziz 02/02/2008 14:57

Bonjour Philippe,Merci pour l'encouragement !A force de penser à  ce sujet, hier soir j'ai rêvé que mon beau-frère  qui est décédé, l'an dernier est revenu revoir sa femme !  A mon grand étonnement, j'ai demandé à ma sœur :- " N'as-tu pas peur de lui ?(Elle) - Oh ! Non il n'a jamais fait de mal à quelqu'un !- " Mais il est mort??   Demande-lui pourquoi est-il revenu?"Le revenant répliqua : - en bas, dans la tombe je m'ennuyais, je ne trouvais rien à lire ?Moi: "Ah ! Voilà pourquoi les pharaons enterraient leurs morts avec tous les objets dont ils auraient besoin si jamais ils se réveillaient !" Puis, j'ai chuchoté à ma sœur : - "dis-lui qu'il ne devrait pas faire ce va et vient. Il faudrait savoir choisir entre ici et ailleurs ?Tout de suite après, je me suis réveillée en sursaut ! Amicalement, Chewikar A.ALEXANDRIE