Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • : Maison d'édition Elan Sud, littérature générale, à Orange (84). Ses auteurs et leurs romans. Parutions, articles, interviews, commentaires. Actualité des salons du livre, rencontres avec le public. Site d'échange littéraire. Organisation du concours de manuscrits : Prix première chance à l'écriture
  • Contact

Recherche

l'actualité

Agenda des salons, des parutions.
Rencontre avec les auteurs : C'est ici

Bonjour à tous,

J'ai ouvert ce blog pour vous permettre de réagir aux lectures de nos ouvrages. Les auteurs vous répondront avec plaisir en fonction de leur emploi du temps, laissez-leur un commentaire.

Un calendrier pour retrouver les auteurs, un Blog pour prolonger une conversation…

Un Prix Littéraire pour donner "Une Première Chance à l'Écriture" (un contrat d'édition à la clé)
Pour rester informé des dates de Rencontres & Dédicaces, des parutions, des nouveaux articles, inscrivez-vous à la liste de diffusion.
Ce site est à consommer sans modération. A vous de jouer.
Corinne, responsable d'édition
Pensez à vous inscrire à la lettre d'information
 
  juin 2016:  le 9e Salon de l'édition indépendante se déroulera à Orange (84).
  le site L'Antre des Livres - renseignements : e-l-u@orange.fr
17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 18:39
À la lecture de cet article du Magazine littéraire (n°466 - Juillet-Août 2007), je n’ai pu m’empêcher de vous le dévoiler à nouveau, car je pense qu’il est une source de réflexions inépuisables sur notre monde.
J'attends vos réflexions sur le sujet …
Corinne Lin-Niederhoffer

        La bêtise, ce monstre insaisissable qui hante la conscience inquiète, furibonde ou goguenarde des plus grands auteurs depuis l’aube des Temps modernes et l’invention de l’Histoire. Dire ce qu’elle est, ou ce qu’elle n’est pas, du haut d’une illusoire supériorité, serait odieux et… particulièrement stupide. Nous avons plutôt cherché comment cette hydre aux mille têtes, dont Flaubert fit son grand sujet, aiguise la plume et quelquefois engloutit corps et âme les auteurs et les penseurs les plus estimables. Comment ce défaut de l’esprit, qui n’est pas toujours le contraire de l’intelligence, habille les formes les plus caricaturales de l’idéologie, pétrifie la pensée en formes creuses pour faire de l’Histoire une farce tragique. Quand l’esprit en quête de certitudes ou d’idéal tombe dans l’automatisme du cliché et du langage, la bêtise n’est jamais très loin. De Voltaire à Raymond Aron, de Feydeau à Umberto Eco, les écrivains ont puisé à pleines mains dans cette matière inépuisable, parfois drôle, toujours désespérante. Dans un monde déserté par les dieux, c’est peut-être le sentiment de la bêtise qui a remplacé le tragique. "

         Un spectre hante la conscience moderne, la bêtise. Le mot, attesté au Moyen Âge, disparaît en tant que tel à l’âge classique pour resurgir au XVIIIe siècle, sous la plume de Diderot. Bêtise, sottise, crétinerie, connerie. La bêtise remonte à la plus haute antiquité, sans doute, comme eût dit Alexandre Vialatte, mais quiconque tente aujourd’hui encore d’enfermer la bête immonde en un concept opératoire, sinon définitif, se casse les dents. En témoigne, récemment, Stupidity, un essai de la philosophe américaine post-derridienne Avital Ronell, qui de déconstructions en références tournoyantes, semble mordiller les mollets de son sujet sans jamais lui régler son compte. Mais peut-il en être autrement ? Oui, la bêtise est un monstre moderne, rusé, qui résiste à toute forme de théorisation, même si les meilleurs qui s’y sont essayés, à l’instar de Robert Musil, doivent rendre les armes : « C’est que j’ignore ce qu’elle est, note-t-il non sans ironie. Je n’ai pas découvert de théorie de la bêtise à l’aide de laquelle je pourrais entreprendre de sauver le monde. » Un monstre multiforme, réversible, insaisissable, d’une infinie plasticité, tout étant relatif et réciproquement. Un monstre aussi résistant qu’un virus, et dont le vaccin reste à ce jour inconnu. Pas un écrivain, pas un penseur digne de ce nom qui, depuis l’aube des Temps modernes, n’ait éprouvé la nécessité de se confronter à cette Chose, aussi terrifiante, obsédante et grand-guignolesque que la pieuvre du capitaine Nemo.
Bernard Fauconnier

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dominique Lin 24/01/2008 05:15

BonnelMalheureusement non, vous ne dites pas des bêtise... on aurait tant aimé.Si pour certains, l'homme est la couronne de la création, alors il serait temps qu'il la porte dignement. Car si nous avons l'aptitude de penser, il faudrait qu'on arrête de penser n'importe comment et à n'importe quoi.

Bonnel 23/01/2008 23:45

La bêtise vit dans l'esprit de l'homme. L'amour, la convoitise, la jalousie, la passion, , la cupidité, le pouvoir... nombreux sont les motifs de lui donner naissance, de la nourrir, de l'entretenir et de la faire grandir.Impossible d'enrayer sa marche, de freiner son ardeur, de maîtriser sa volonté, d'enchaîner sa force.Eliminer la bêtise reviendrait à éliminer l'homme. Mais peut-être que je dis ... des bêtises.

Chewikar Abdel Aziz 19/01/2008 10:22

La bêtise c'est de croire que tout va bien , quand tout va mal! Comment y remédier pour ne pas être dupe ? Il n'y aura pas de théorie puisque selon Rousseau "l'homme nait bon et la societé le corrompt" !