Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • : Maison d'édition Elan Sud, littérature générale, à Orange (84). Ses auteurs et leurs romans. Parutions, articles, interviews, commentaires. Actualité des salons du livre, rencontres avec le public. Site d'échange littéraire. Organisation du concours de manuscrits : Prix première chance à l'écriture
  • Contact

Recherche

l'actualité

Agenda des salons, des parutions.
Rencontre avec les auteurs : C'est ici

Bonjour à tous,

J'ai ouvert ce blog pour vous permettre de réagir aux lectures de nos ouvrages. Les auteurs vous répondront avec plaisir en fonction de leur emploi du temps, laissez-leur un commentaire.

Un calendrier pour retrouver les auteurs, un Blog pour prolonger une conversation…

Un Prix Littéraire pour donner "Une Première Chance à l'Écriture" (un contrat d'édition à la clé)
Pour rester informé des dates de Rencontres & Dédicaces, des parutions, des nouveaux articles, inscrivez-vous à la liste de diffusion.
Ce site est à consommer sans modération. A vous de jouer.
Corinne, responsable d'édition
Pensez à vous inscrire à la lettre d'information
 
  juin 2016:  le 9e Salon de l'édition indépendante se déroulera à Orange (84).
  le site L'Antre des Livres - renseignements : e-l-u@orange.fr
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 09:04
Je m’interroge… A notre époque bousculée, le temps presse, manque, se gagne, se compte,  se perd, nous perd. Mais qu’est-ce que  le temps ?
Regardons  ce qu’en dit  la littérature et particulièrement ce bijou que nous avons sous la main et que nous ne pensons pas à lire :
« A la recherche du temps perdu », de Marcel Proust

Houlà ! Proust ! Le sadique des dictées labyrinthiques ! Le spécialiste des phrases à rallonge qui palpent  les émois d’un courant d’air en dix-huit pages sans alinéas ! Le maladif qui scribouille dans son lit, volets fermés,  pendant que sa Môman lui apporte des tisanes !  Que n’a- t- on pas dit sur le pauvre Marcel…
Perfides jalousies.
Car Proust a apporté à la littérature ce que Monet,  l’impressionniste, a apporté à la peinture : la Révolution et la Beauté.
La recherche du temps perdu est la  longue errance  d’un jeune  narrateur caméléon épris d’art, dans les salons de la Belle Epoque. En apparence, il ne se « passe » rien, pas d'intrigue, de tension, de dénouement. C’est bien normal,  on n’est pas dans la dernière prod’ d’Hollywood !
Pourtant, en sept fois 500 pages à peine, Proust aborde les sujets brûlants de son époque : la guerre mondiale, l’affaire Dreyfus, les mœurs (dont l’émergence de l’homosexualité admise), les forces sociales, et bien entendu l’amour, le couple, la mort…
On ouvre la Recherche comme si on allait traverser  le canal de Provence, mais on va  naviguer sur l’immense océan de la littérature, subjugué, enchanté.
De mère juive, Marcel Proust naît le 10 juillet 1871 à Paris, pendant la Commune. Il est asthmatique et fragile, la mort par étouffement planera sur lui toute son existence. Après des études au  lycée Condorcet, il devance l’appel sous les drapeaux et accomplit son service militaire On le juge ici et là « peu intelligent ». Il publie d’abord des poèmes et des  nouvelles dans une facture très classique. La fortune familiale lui assure une existence facile et lui permet de fréquenter les salons chics. Il y accumule le matériau nécessaire à la construction de son œuvre maîtresse, où il cristallise, grâce à  un style unique,  une  conscience qui  plonge en elle-même, qui recueille tout ce que le temps à laissé comme traces,  puis, qui reconstruit,  redonne vie à ce qui fut ébauches fantomatiques  et signes. C’est la cathédrale du Temps.  Prouts cherche à cerner l’impossible, la vérité de l’âme... et il y parvient. La Recherche du Temps perdu  paraît progressivement entre 1913 et 1927,  avec un immense succès.
Franchement Coco, plutôt que de courir après boulot-dodo, minceur et sexe, crédits maxis, écran plasma et portable wifi, embarque-toi dans la Recherche ! Car au septième tome, il le retrouve, Proust, le Temps !  Et ça, c’est un moment bouleversant qui aide à vivre, bien plus que les artifices de la conso. Trop fort, le Marcel.



Partager cet article

Repost 0

commentaires