Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • : Maison d'édition Elan Sud, littérature générale, à Orange (84). Ses auteurs et leurs romans. Parutions, articles, interviews, commentaires. Actualité des salons du livre, rencontres avec le public. Site d'échange littéraire. Organisation du concours de manuscrits : Prix première chance à l'écriture
  • Contact

Recherche

l'actualité

Agenda des salons, des parutions.
Rencontre avec les auteurs : C'est ici

Bonjour à tous,

J'ai ouvert ce blog pour vous permettre de réagir aux lectures de nos ouvrages. Les auteurs vous répondront avec plaisir en fonction de leur emploi du temps, laissez-leur un commentaire.

Un calendrier pour retrouver les auteurs, un Blog pour prolonger une conversation…

Un Prix Littéraire pour donner "Une Première Chance à l'Écriture" (un contrat d'édition à la clé)
Pour rester informé des dates de Rencontres & Dédicaces, des parutions, des nouveaux articles, inscrivez-vous à la liste de diffusion.
Ce site est à consommer sans modération. A vous de jouer.
Corinne, responsable d'édition
Pensez à vous inscrire à la lettre d'information
 
  juin 2016:  le 9e Salon de l'édition indépendante se déroulera à Orange (84).
  le site L'Antre des Livres - renseignements : e-l-u@orange.fr
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 14:25
Je m’interroge… L’explosion de la pédophilie révélée scandalise. Les mannequins de treize ans à peine pubères, demi nues sur les couvertures de magazine à gros tirage,  interpellent. Personne n’a guillotiné David Hamilton. Alors ?
Regardons un peu ce qui se passe dans la littérature et particulièrement dans cette merveille de petit livre,
« Lolita » de Vladimir Nabokov que nous avons sous la main et que nous ne pensons pas à ouvrir.

Lolita, c’est l’histoire, en 1943,  d’une môme de  douze ans, moitié fillette moitié femme, une nymphette.
Elle a un mec. Bien mûr, la quarantaine tassée. C’est son beau-père, pas tout-à-fait par hasard. La mère a été…effacée dans un accident très accidentel.
La nymphette, c’est Lolita. Elle n’est pas amoureuse du vieux, elle n’apprécie pas outre mesure  les câlins avec lui, bâille pendant. Mais bon, il a des sous pour ses caprices et elle lui rend la monnaie.
Douze ans d’accord, mais pas vraiment innocente la môme ! 
Les voilà à faire les motels dans des road movies à travers les USA  avec une pause dans une ville morte où Lolita fréquente provisoirement  un mignon  collège pour jeunes filles à marier.
Ah pauvrette asservie par un mâle, pensez-vous ?
Eh non ! Certes, pépère est pervers, mais il ne maîtrise rien. C’est Lolita la patronne et puis d’ailleurs, paf, elle en a marre, elle s’évapore, avec  le théâtreux gominé du collège qui lui a tourné la tête et les sens, lui.
Le beau-père, vacille, cherche la petite, un révolver dans la poche. Sa perception du réel se floute…Il la retrouve, mariée à seize ans, lourdement enceinte, fauchée rase,  dans une baraque où elle espère, avec son mécano de mari, un hypothétique départ pour l’Alaska.
Le vieux sort son révolver et…
Et alors ?  Allez voir !
Si vous cherchez cochon, vous serez déçu. Rien de grivois là-dedans bien que terriblement sensuel.
Par contre, vous serez  séduit par la superbe description d’une «âââme » tordue (lui) et d’une «âââme » innocente (elle). Ou le contraire. Ou les deux. Jusqu’au drame final.  Pour elle ? Pour lui ? Vous verrez bien. Des personnages secondaires massifs et colorés, bornent le chemin  zigzagant de cette liaison sulfureuse…
Nabokov, né en 1899 à Saint Pétersbourg, est mêlé par son père à la  révolution russe, côté démocrate  donc pas longtemps, donc exilé. Vladimir fait ses classes à Cambridge, puis vit  à Berlin, à Londres, à Paris. Il écrit en russe et en  anglais,  s’installe aux Etats-Unis en 1940. Il suscite vite l’intérêt, devient un auteur reconnu.  Couvert de gloire,  il finit sa vie en Suisse, à 72 ans.
Lolita  est son plus célèbre roman,  un livre charnel, délirant,  aux multiples rebondissements, du grand art  d’écriture, avec une habileté des mots et de la langue, des  flèches lancées dans des miroirs multiples où on ne voit  bientôt plus que les reflets  de reflets.
Lolita, c’est diabolique et beau.
Scandaleux ? Impossible ? Pas si sûr. Récemment, quelque part en Europe, une jeune fille « séquestrée »  (on va dire comme ça)  est sortie lisse,  propre et cultivée de plusieurs années de « prison » (on va encore dire comme ça), tendron rose d’abord,  puis jouvencelle, puis femme.  Sa «  fuite »  (on va toujours dire comme ça) avait poussé son  geôlier épris au suicide. Elle a fait un tour charmant sous les caméras et a disparu, mignonne à croquer, très plainte...En 2006.
Alors,  impossible Lolita ? Horrible ?  Ou toujours actuelle ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires