Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • : Maison d'édition Elan Sud, littérature générale, à Orange (84). Ses auteurs et leurs romans. Parutions, articles, interviews, commentaires. Actualité des salons du livre, rencontres avec le public. Site d'échange littéraire. Organisation du concours de manuscrits : Prix première chance à l'écriture
  • Contact

Recherche

l'actualité

Agenda des salons, des parutions.
Rencontre avec les auteurs : C'est ici

Bonjour à tous,

J'ai ouvert ce blog pour vous permettre de réagir aux lectures de nos ouvrages. Les auteurs vous répondront avec plaisir en fonction de leur emploi du temps, laissez-leur un commentaire.

Un calendrier pour retrouver les auteurs, un Blog pour prolonger une conversation…

Un Prix Littéraire pour donner "Une Première Chance à l'Écriture" (un contrat d'édition à la clé)
Pour rester informé des dates de Rencontres & Dédicaces, des parutions, des nouveaux articles, inscrivez-vous à la liste de diffusion.
Ce site est à consommer sans modération. A vous de jouer.
Corinne, responsable d'édition
Pensez à vous inscrire à la lettre d'information
 
Salon de l'édition indépendante à Orange (84)
  le site L'Antre des Livres - renseignements : e-l-u@orange.fr
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 10:17
RCFlemondeapreslapluieDepuis sa sortie en fin d'année 2009, Le monde après la pluie reçoit de nombreuses critiques passionnées. Voici celle que nous délivre la chroniqueuse littéraire de Radio RCF.


N'hésitez pas à nous livrer vos commentaires


 

Titre : Le monde après la pluie - Auteur : Fabien Hertier - Editeur : Elan Sud
Format : 12,5 X 21 cm - 176 pages - N° ISBN : 978-
2-911137-15-0 - prix : 16 €

Pour en savoir plus sur ce roman : cliquer ici

Partager cet article

Repost0
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 10:00

Après le succès de “En lisant Mona” de Elise BLOT, nous avons le plaisir de vous faire découvrir Fabien HERTIER et son premier roman :“le monde après la pluie”.
Une écriture travaillée, loin de la réduction régionaliste, il nous décrit une Provence, toujours rattachée par mille liens au monde antique, celui de Virgile et celui d'Homère. C’est Giono qui transpire et s’épanche dans ce texte... mais pas seulement.
Les phrases poétiques, souvent en alexandrins, émaillent généreusement ce roman, portant l’horreur de la guerre civile espagnole. L'influence de Federico Garcia Lorca donne ici toute la force à cette histoire.
Mais nous ne pourrions pas terminer cette présentation sans parler de cette écriture rimbaldienne au style elliptique, à la métaphore insolite, empreinte d’allégories et de symboles. Oui, Rimbaud est bien présent dans l’écriture de Fabien Hertier.
Première sortie pour l'auteur face à son public,
Dimanche 15 novembre, Fabien Hertier a rencontré pour la première fois son public. Un salon peu habituel pour présenter un livre et pourtant...
La maison d'éditions Elan Sud avait été invitée au salon d'Amnesty international à Sainte-Cécile-les-vignes. Occasion pour la population de préparer les fêtes, en choisissant parmi les nombreux artisans venus proposer leur production.
J'ai été heureuse d'être invitée car, en quelques sortes, nous faisons un travail d'artisanat nous aussi. Notre matière : les mots...

Fabien présentait, en compagnie de Dominique  Lin, "le monde après la pluie". Ecrit alors qu'il avait à peine seize ans, ce manuscrit revient de loin. Eternel insatisfait, son auteur souhaitait détruire sa création... mais Emilienne est passée par là. Professeur de lettre classique et correctrice aux éditions Elan Sud, elle connaissait le travail de Fabien -qui fût son élève- et me présenta son tapuscrit, il y a quelques mois déjà.

Le reste, c'est la magie d'un texte que l'on cisèle avec l'auteur, gommant les lourdeurs, les erreurs de "jeunesse"! Le résultat est saisissant, le texte vous habite longtemps après votre lecture.
Je ne sais pas vraiment pourquoi Fabien Hertier s'est exercé sur ce sujet, oui je dis bien exercé -il nous réserve des sujets surprenants- la guerre d'Espagne n'était pourtant pas, pour un lycéen de seize ans, une source d'inspiration. Eh bien oui, l'auteur a su nous faire partager, non seulement la force de cette révolution espagnole, mais également son amour pour les vallées de Séderon, où Savinien vieux berger, nous emmène derrière son troupeaux.

Après quelques hésitations, les dédicaces se sont enchainées les unes après les autres, amis, visiteurs d'un jour, hasard d'une rencontre. Le temps va faire son œuvre, forgera un avenir à cette nouvelle plume. Bonne lecture à tous.
Pour commander : cliquer ici

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 09:44

Fabien HERTIER

Fabien HERTIER

 

Né en 1984, Fabien Hertier ne se souvient pas d’avoir commencé à écrire, tant la littérature a toujours occupé une place prépondérante dans sa vie. Si sa préférence le pousse vers les poèmes d’Homère, la Renaissance, les poètes symbolistes et les romanciers du XIXe et de la première moitié du XXe siècle, il sait apprécier toutes les littératures. C’est ce qui va enrichir ses études et diriger ses choix. Après les lettres classiques, le voici aujourd’hui en égyptologie.

Le monde après la pluie

Le monde après la pluie
Roman

Hors collection

Alors que l’orage gronde, près du feu, Savinien, vieux berger de la vallée de Séderon, raconte…
Les collines et les vallées de haute Provence qui viennent se perdre dans la plaine de Madrid. Les marches forcées dans la pierraille et les champs d’herbe sèche, au milieu du ronronnement métallique des chars qui descendent vers la capitale Ibérique.
Les hommes ont souffert, ses compagnons de route sont tombés sous la mitraille. La guerre d’Espagne hante la vie solitaire de Savinien, le rongeant jusqu’au jour de la délivrance.

Fiche technique

Titre :
Le monde après la pluie

Auteur :
Fabien Hertier

Editeur : Elan Sud

Format : 12,5 X 21 cm
176 pages

N° ISBN :
978-
2-911137-15-0

prix : 16 €

Les premières lignes

«La ville est là, assise dans une plaine grasse, avec ses toits de tuiles blondes ouverts comme des corolles, son clocher peuplé de froissements d’ailes, ses fontaines qui crachent l’eau de roche par d’antiques gargouilles. Tout autour les olivaies du Buis, sous d’immenses dents de pierre dressées comme une armée de vieux géants. Dos au sud, laissons le mont Ventoux endormi aux touffeurs estivales, et suivons une petite route qui grimpe à travers les collines. Concert assourdissant des cigales, ombre tiède des tilleuls : sous le soleil, on croirait entendre le pas sûr des chevaux…
Passées les gorges de la Rochette, les solitudes des vals d’Ouvèze, le voyageur arrive au col de Mévouillon. Derrière, c’est comme une illumination, avec les cimes cristallines des Alpes qui se découpent à l’horizon…
C’est là, juste après le dos d’herbe du col. La route semble se jeter dans le vide, se précipiter contre l’éther, puis elle se ravise et plonge avec la joie de l’épervier. Derrière, c’est une terre oubliée d’Arcadie, ouverte au loin jusqu’à la plaine du Buëch. Des dieux – peut-être l’ombre des nuages – marchent sur les plateaux balayés par le vent, des petits chênes tordus tendent vers le ciel leur épouvante de branches, des hêtres immenses poussent silencieusement au fond des combes…

Partager cet article

Repost0