Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • : Maison d'édition Elan Sud, littérature générale, à Orange (84). Ses auteurs et leurs romans. Parutions, articles, interviews, commentaires. Actualité des salons du livre, rencontres avec le public. Site d'échange littéraire. Organisation du concours de manuscrits : Prix première chance à l'écriture
  • Contact

Recherche

l'actualité

Agenda des salons, des parutions.
Rencontre avec les auteurs : C'est ici

Bonjour à tous,

J'ai ouvert ce blog pour vous permettre de réagir aux lectures de nos ouvrages. Les auteurs vous répondront avec plaisir en fonction de leur emploi du temps, laissez-leur un commentaire.

Un calendrier pour retrouver les auteurs, un Blog pour prolonger une conversation…

Un Prix Littéraire pour donner "Une Première Chance à l'Écriture" (un contrat d'édition à la clé)
Pour rester informé des dates de Rencontres & Dédicaces, des parutions, des nouveaux articles, inscrivez-vous à la liste de diffusion.
Ce site est à consommer sans modération. A vous de jouer.
Corinne, responsable d'édition
Pensez à vous inscrire à la lettre d'information
 
  juin 2016:  le 9e Salon de l'édition indépendante se déroulera à Orange (84).
  le site L'Antre des Livres - renseignements : e-l-u@orange.fr
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 05:26

(titre emprunté à Freud: Das unbehagen in der Kultur)

TourmenteLes images se télescopent pour former une bouillie qui laisse un goût d’amertume. Tsunami au Japon, mort de Ben Laden, DSK en boucle, Bettencourt et consorts, raids en Lybie, répression sans écho en Syrie, famine dans la corne de l’Afrique, la Grèce exsangue, la tuerie d’Oslo. Les chiffres donnent le tournis, dix mille morts et disparus au Japon, location à 50 000€ mensuel, dons d’une milliardaire d‘1million d’euro à l’un, 160 millions à un autre, 600 à un autre encore, dette de 35 millions au fisc, 50 millions d’euro pour la guerre en Lybie, un dictateur accueilli en grande pompe et voué aux gémonies quelques mois plus tard, 1200 victimes d’un dictateur en Syrie, 500 000 réfugiés de la faim au Kenya, 170 milliards d’euros pour éviter une faillite d’un pays, réduction drastique de l’aide alimentaire et au logement chez nous, massacre en Norvège. Et puis, pour saupoudrer d’incompréhension notre nausée, des annonces de viols, de meurtres d’enfants, d’agressions gratuites.
Le texte de Freud (déposé en novembre 1929 chez l’imprimeur) avait la couleur du temps: haine, agression, autodestruction. Là, trop de religion qui invite à détruire l’autre, le mécréant ou l’autre religion. Ici, plus assez de sens du sacré, c’est à dire la perte du sentiment d’appartenance à une forme d’idéal d’un groupe. Je ne peux m’empêcher de penser que le diagnostic de Régis Debray est juste: «Si Freud revenait en ce début de XXIème siècle, il découvrirait une société réduite à des rêves consuméristes sans utopie ni projet.»

 
ephemere-couvJe tricote un roman depuis plus de trois ans, en y associant, pendant une année, un peintre cubain pour un roman graphique qui veut être un livre à lire mais aussi à voir.* J’ai mis en scène «Histoire d’elles» avec une comédienne cubaine où je tente de mettre en espace un double imaginaire, celui de l’actrice et celui du spectateur. La Compagnie Côté Cour**, pour laquelle je travaille, met en route un processus de création sur l’histoire du théâtre, avec toute une équipe qui se mobilise autour de ce projet. Elle propose en même temps des actions en direction d’un public qui ne va jamais au théâtre.
Je m’interroge. Que signifie cet acharnement à vouloir vivre et faire survivre l’expérience artistique? Loin des cercles de pouvoir politique ou médiatique, artisan de l’écriture, artisan du théâtre, il ne s’agit pas de vouloir apparaître sous les feux des projecteurs pour se réaliser, mais peut-être simplement de se dégager des comportements archaïques, des régressions, des pulsions de mort. Et offrir l’opportunité, modestement, là où je me trouve - Cholet, une petite ville de province - loin des grands messes artistiques, de donner à voir, à écouter des textes de théâtre, à feuilleter un livre qui mêle la passion de la littérature à la passion du beau, de rencontrer autrui pour partager nos efforts de création. Et le proposer pour un jeune public, pour des élèves de collèges et de lycées, pour des apprentis, au plus grand nombre.
Il faut bien des rituels pour organiser l’espace, pour rythmer le temps, pour prendre le temps de l’écoute. Quand l’humain va-t-il abandonner les borborygmes, les cris de haine ou de vengeance ou de peur? Il est nécessaire d’accéder aux langages. Des mots, de l’art. Pour relier ce qu’on ressent, son expérience singulière à l’universel. S’apercevoir qu’on n’est pas seul quelles que soient nos différences ideologiques et culturelles. Se rendre compte que nous sommes le produit d’une fiction, comme chacun d’entre nous. Qu’il est donc inutile de vouloir accuser l’autre de ne pas être identique. Flaubert disait: «Imbéciles: ceux qui ne pensent pas comme moi.»
Tisser des liens entre pratiques professionnelles et amateurs, faire se rencontrer les créateurs révélés et ceux qui ne le sont pas encore, faire en sorte que l’activité artistique et l’expérience de la création ne soient plus réservées à la poignée de ceux qui en connaissent les rites, les codes et les réseaux. Et de répondre à la question que posait Freud:
«La question décisive pour le destin de l’espèce humaine me semble être de savoir si et dans quelle mesure son développement culturel réussira à se rendre maître de la perturbation apportée par la vie en commun par l’humaine pulsion d’agression et d’auto-anéantissement».

*à paraître aux éditions ÉLAN SUD en septembre.
** Compagnie de théâtre professionnelle à Cholet.

 

Images :

1 : TOURMENTE 5 juillet, 2006 par fdpp (cliquer ici)

2 : Couverture de "L'éphémère a un goût de cacahuète" de Maurice Lévêque (cliquer ici), à paraître chez Elan Sud en septembre 2011 

Partager cet article

Repost 0
publié par éditions Elan sud - dans Chroniques de Maurice LÉVÊQUE
commenter cet article

commentaires