Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • : Maison d'édition Elan Sud, littérature générale, à Orange (84). Ses auteurs et leurs romans. Parutions, articles, interviews, commentaires. Actualité des salons du livre, rencontres avec le public. Site d'échange littéraire. Organisation du concours de manuscrits : Prix première chance à l'écriture
  • Contact

Recherche

l'actualité

Agenda des salons, des parutions.
Rencontre avec les auteurs : C'est ici

Bonjour à tous,

J'ai ouvert ce blog pour vous permettre de réagir aux lectures de nos ouvrages. Les auteurs vous répondront avec plaisir en fonction de leur emploi du temps, laissez-leur un commentaire.

Un calendrier pour retrouver les auteurs, un Blog pour prolonger une conversation…

Un Prix Littéraire pour donner "Une Première Chance à l'Écriture" (un contrat d'édition à la clé)
Pour rester informé des dates de Rencontres & Dédicaces, des parutions, des nouveaux articles, inscrivez-vous à la liste de diffusion.
Ce site est à consommer sans modération. A vous de jouer.
Corinne, responsable d'édition
Pensez à vous inscrire à la lettre d'information
 
  juin 2016:  le 9e Salon de l'édition indépendante se déroulera à Orange (84).
  le site L'Antre des Livres - renseignements : e-l-u@orange.fr
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 18:32

le monde après la pluie, Fabien HertierUn titre qui pourrait être lié à une actualité sombre, mais qui évoque espoir et renouveau. Ne dit-on pas "après la pluie vient le beau temps"?
Même si le livre de Fabien Hertier aborde un épisode noir de notre histoire européenne, la guerre d'Espagne et à travers elle, la référence au fascisme, j'ai trouvé bien des raisons d'être optimiste en le lisant.
D'abord, par la qualité d'écriture de l'auteur. Oui, il existe de jeunes auteurs de talent qui ne naviguent pas sur des sujets à la mode. Dès la première page, il nous embarque dans son univers:
"La ville est là, assise dans une plaine grasse, avec ses toits de tuiles blondes ouverts comme des corolles, son clocher peuplé de froissements d'ailes, ses fontaines qui crachent l'eau de roche par d'antiques gargouilles".
Impossible de s'arrêter après avoir lu cette première phrase. Et tout le livre est ainsi, puissant, rythmé, envahissant. On passe de la douceur de Giono au tableau Guernica de Picasso, de l'éternelle odyssée d'Homère à la poésie de Rimbaud. Oui, le livre de Fabien Hertier fait trace et vous habite longtemps une fois refermé.

Franco-Hitler Si la forme est riche et généreuse, le fond du roman m'a beaucoup apporté. Cette guerre d'Espagne, seul conflit international où des volontaires venus de l'Europe entière ont versé leur sang pour une cause noble et juste : combattre le fascisme de Franco dans cette période noire des années trente où l'Europe connaissait la montée de la peste brune qui déboucha sur la deuxième guerre mondiale. Cette peste brune qui résiste encore, qui envahit les esprits, entretenue par des tribuns aux discours xénophobes et sécuritaires!
C'est aussi la mémoire de ce vieux berger qui passe son temps à tripoter nerveusement une douille de fusil au fond de sa poche, celle qu'on lui a extraite du corps après l'offensive de Madrid, cet homme hanté par le conflit, mais aussi par le souvenir d'une femme rencontrée là-bas.
Ce sont tous ces hommes, avec leurs raisons si différentes, affichées ou non, les brigades rouges venues de partout pour en découdre avec les armées de Franco. Les exaltés, les militants, les paumés ou ceux qui fuyaient jusqu'à leur ombre…
visanFB-018
 Ce livre alterne entre la paix des collines de Haute Provence et l'enfer de la guerre, autant intérieure qu'extérieure.


 Fabien Hertier a vraiment réussi son premier roman.

fbvauc.gif Je vous propose d'écouter un extrait d'interview passé sur France Bleu Vaucluse en 2011

 

À commander chez votre libraire ou directement sur le site Elan Sud

Partager cet article

Repost 0
publié par Dominique Lin - dans Fabien HERTIER
commenter cet article

commentaires