Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • : Maison d'édition Elan Sud, littérature générale, à Orange (84). Ses auteurs et leurs romans. Parutions, articles, interviews, commentaires. Actualité des salons du livre, rencontres avec le public. Site d'échange littéraire. Organisation du concours de manuscrits : Prix première chance à l'écriture
  • Contact

Recherche

l'actualité

Agenda des salons, des parutions.
Rencontre avec les auteurs : C'est ici

Bonjour à tous,

J'ai ouvert ce blog pour vous permettre de réagir aux lectures de nos ouvrages. Les auteurs vous répondront avec plaisir en fonction de leur emploi du temps, laissez-leur un commentaire.

Un calendrier pour retrouver les auteurs, un Blog pour prolonger une conversation…

Un Prix Littéraire pour donner "Une Première Chance à l'Écriture" (un contrat d'édition à la clé)
Pour rester informé des dates de Rencontres & Dédicaces, des parutions, des nouveaux articles, inscrivez-vous à la liste de diffusion.
Ce site est à consommer sans modération. A vous de jouer.
Corinne, responsable d'édition
Pensez à vous inscrire à la lettre d'information
 
  juin 2016:  le 9e Salon de l'édition indépendante se déroulera à Orange (84).
  le site L'Antre des Livres - renseignements : e-l-u@orange.fr
10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 18:51
Je m’interroge… La vie a-t-elle un sens ? Du règne confus des multiples  «Eglises », de l’Humanisme existentialiste, de la lutte des classes pour des lendemains meilleurs, que reste-t-il, dans l’exacerbation obscène de la société post moderne ?
Regardons  ce qu’en dit  la littérature et particulièrement ce roman inquiétant  que nous avons sous la main et que nous ne pensons pas à lire :

«La possibilité d’une île »  de Michel Houellebecq

Oui, les écrits de Houellebecq sont blasés, cyniques, brutaux. Bien qu’il ne  faille jamais confondre le « je » du roman avec l’auteur, peut-être le personnage Houellebecq est-il, lui  aussi,  désabusé, sans désir et sans avenir. Mais enfin, le miroir qu’il nous tend est-il si déformant ? En deux clics sur Internet, ne recevons- nous pas à la gueule une  réalité bien pire encore ?
«La possibilité d’une île », ce n’est pas « Roudoudou  chez les fées », chanté par une ronde maternelle. C’est agressif, décapant, porno,  d’accord. Mais assez vrai.
Daniel1 rédige son autobiographie au début du XXI ème siècle. Il y raconte sa carrière de comique professionnel  provocateur,  sa vie intime, aussi chaleureuse qu’un pied de biche,  et ses relations avec une secte, les Élohimites. De nombreux siècles plus tard, l'un de ses descendants clonés, Daniel24,  relit son récit, y ajoute son propre commentaire, et, dans un monde dévasté, cherche une issue… qui n’existe pas. Que dalle. Le vide.
Houellebecq touille tant d'ingrédients dans son chaudron visionnaire que son roman est tour à tour  émouvant, fulgurant, écœurant, étouffant. L’ambition  littéraire est de prendre à son propre piège une société  jugée déliquescente et  insauvable ; il en démonte donc les ressorts et la logique perverse, sous le regard d’un observateur acéré de la réalité contemporaine, décrite comme bouffonne, grinçante, sèche comme une pluie de ferraille  sans émotions et sans amours.
Sur un ton agressif, monocorde et lancinant, Houellebecq fait voler en éclats la pensée politiquement correcte pour donner la parole à sa génération et à son époque, jusque-là bâillonnées, dit-il,  par l’optimisme béat du New age. Pour le meilleur et pour le pire, il développe une longue histoire, dont on ne sait plus trop si elle  relève du rêve, d’une demi-science-fiction  ou d’un réel trop fouillé.
Il faut lire, terrifié, « La possibilité d’une île », ne serait-ce que pour éviter la catastrophe, l’espérer du moins. Demain est au prix de cette  lucidité.

Partager cet article

Repost 0

commentaires