Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • Elan Sud, maison d'édition en littérature générale
  • : Maison d'édition Elan Sud, littérature générale, à Orange (84). Ses auteurs et leurs romans. Parutions, articles, interviews, commentaires. Actualité des salons du livre, rencontres avec le public. Site d'échange littéraire. Organisation du concours de manuscrits : Prix première chance à l'écriture
  • Contact

Recherche

l'actualité

Agenda des salons, des parutions.
Rencontre avec les auteurs : C'est ici

Bonjour à tous,

J'ai ouvert ce blog pour vous permettre de réagir aux lectures de nos ouvrages. Les auteurs vous répondront avec plaisir en fonction de leur emploi du temps, laissez-leur un commentaire.

Un calendrier pour retrouver les auteurs, un Blog pour prolonger une conversation…

Un Prix Littéraire pour donner "Une Première Chance à l'Écriture" (un contrat d'édition à la clé)
Pour rester informé des dates de Rencontres & Dédicaces, des parutions, des nouveaux articles, inscrivez-vous à la liste de diffusion.
Ce site est à consommer sans modération. A vous de jouer.
Corinne, responsable d'édition
Pensez à vous inscrire à la lettre d'information
 
  juin 2016:  le 9e Salon de l'édition indépendante se déroulera à Orange (84).
  le site L'Antre des Livres - renseignements : e-l-u@orange.fr
20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 18:14
Je m’interroge… Le terrorisme « kamikaze » est assez couru ces temps-ci. 
Mais d’où vient ce mot ? Qu’était-ce à l’origine ?

Regardons  ce qu’en dit  la littérature et particulièrement ce bijou de  nouvelle
«Patriotisme, de Yukio Mishima »
que nous avons sous la main et que nous ne pensons pas à lire.


Les  kamikazes japonais  étaient des malgré-nous, contraints au sacrifice  par l'état-major  et la pression sociale. Selon le code d’honneur, survivre à un échec était une honte. En dehors de la guerre, le seppuku, (ou  hara-kiri),  était  utilisé en dernier recours lorsqu'un soldat estimait immoral un ordre de son maître.
Dans ce contexte, Patriotisme est l’histoire d’un officier en 1926. Ses collègues se sont révoltés contre l’armée impériale. Il ne peut pas les trahir. Il ne peut pas non plus être félon. Que faire  pour sauver l’honneur ?
La solution lui saute à l’estomac. Il se fera seppuku, et avec son épouse encore, tous les  deux  jeunes, beaux, quasi parfaits. Une maison toute simple va abriter le drame, dans le silence d’une ville de garnison. Deux pièces nues, meubles sobres, un petit temple pour la Grande Divinité,  des futons…
Le rituel du suicide commence (au sabre pour lui ; pour elle ce sera au poignard) et ira à  son terme dans  la plus pointue des traditions. C’est  horrible et superbe.
Mishima, né en 1925, est séquestré dès sa naissance par une grand-mère hystérique et nostalgique des Samouraïs. Il vit confiné dans une chambre sombre qui  transforme le monde en mirage inaccessible. Puis, au collège, Mishima se découvre homo ! Aïe ! Ses désirs lui apparaissent comme un monstrueux péché,  traumatisme intime auquel s’ajoute celui de la défaite de 1945.
Cette  tension intérieure  produit trente ans durant des textes  impitoyables et poétiques d’où émerge une image essentielle : celle du bel adolescent voué à une mort tragique dans l’érotisme et l’esthétisme.
 Subjugué par ces  textes magnifiques on se laisse emporter…
Car Mishima n’est pas seulement une douleur, c’est un grand écrivain. Il atteint d’ailleurs   une gloire  internationale, sans que ses troubles intérieurs faiblissent.
Mondain, anachronique, imbibé de valeurs occidentales mais prônant les vertus   ancestrales, épris de l’écriture mais cultivant ses muscles, hanté par la mort mais amoureux de la vie, Mishima est un personnage paradoxal, dont l'œuvre laisse rarement indifférent.  La nouvelle « Patriotisme », écrite en 1960, est ainsi un  chef d’œuvre.
L'impossible combat de Mishima avec ses contradictions  le conduit à organiser sa propre mort.  En 1970, sous un prétexte martial, il se fait seppuku en vraie grandeur dans une mise en scène parfaite.   
Fin  tranchée du Mishima vivant, mais début d’une  gloire littéraire éternelle méritée.

On voit qu’on est très loin des « kamikazes » actuels, qui massacrent à la bombe femmes, vieillards et nourrissons, dans un paroxysme assassin d’analphabétisme abruti. Leurs  tripes, à eux, sont  seulement  bonnes pour la bauge  aux cochons.


Partager cet article

Repost 0

commentaires